** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

lundi 27 juin 2016 08h01
 

PARIS/LONDRES, 27 juin (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues sur un nouveau recul de plus de 2% lundi à l'ouverture, tandis que la livre sterling et l'euro poursuivent leur mouvement de baisse, dans un climat de grande inquiétude sur les répercussions de la victoire du camp du "Brexit" au référendum de jeudi dernier au Royaume-Uni.

Le ministre britannique des Finances George Osborne doit présenter à 6h00 GMT les mesures économiques que le gouvernement entend prendre en réponse au vote en faveur du Brexit, a annoncé dimanche son porte-parole.

D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 2,4% à l'ouverture, le Dax à Francfort 2,1% et le FTSE à Londres 2,8%. Vendredi, juste après les résultats du référendum que les marchés n'avaient pas du tout anticipés, Londres a fermé en baisse de 1,66%, Paris a chuté de 8,04% et Francfort de 6,82%.

La livre sterling cède encore 2,2% à 1,3399 dollar après avoir plongé de plus de 10% face au dollar vendredi dans la journée et atteint son niveau le plus bas depuis 1985. L'euro reste également sous pression, cédant vers 0,87% face au dollar autour de 1,1020. Le dollar en revanche est recherché et progresse de 0,6% face à un panier de devises.

La Bourse de Tokyo, qui avait pris de plein fouet l'annonce de la victoire du camp du "Out" dans la nuit de jeudi à vendredi et clôturé la dernière séance de la semaine sur une chute de 7,92%, est en revanche repassée dans le vert, avec un gain de 2,39% du Nikkei.

Les actions chinoises sont également en hausse, l'indice CSI 300 et l'indice composite de Shanghai Composite gagnant tous deux un peu de 1%, mais les autres places boursières de la région sont en difficulté. L'indice MSCI de la région Asie-Pacifique hors Japon cède 0,6%.

Les futures sur indices américains annonçaient une nouvelle baisse de Wall Street à l'ouverture ce lundi, de 0,5 à 0,7%, après celle de 3,59% subie vendredi par l'indice phare Standard & Poor's-500.

En Europe, les secteurs cycliques et financiers, très exposés aux risques de ralentissement de la croissance avec la sortie du Royaume-Uni de l'EE, devraient encore une fois entraîner le marché vers le bas. Plusieurs banques et intermédiaires boursiers, notamment Barclays et JP Morgan, ont revu en baisse leurs recommandations ou objectifs sur les banques en Europe. Les secteurs automobile et des télécoms ont également été réévalués à la baisse par certains.   Suite...