Corbyn contesté à la tête du Labour après la victoire du Brexit

vendredi 24 juin 2016 15h03
 

LONDRES, 24 juin (Reuters) - Deux députées travaillistes ont déposé vendredi une motion de défiance à l'encontre de Jeremy Corbyn au lendemain de la victoire des partisans de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne contre laquelle le chef du Labour avait fait campagne.

Le texte soumis par Margaret Hodge et appuyé par sa collègue Ann Coffey réclame l'ouverture lundi d'un débat sur la place de Jeremy Corbyn au sein de la représentation travailliste au Parlement. Si cette motion est soutenue lors d'un vote à bulletin secret, elle pourrait provoquer une crise de succession au sein du Labour.

Plusieurs membres du Parti travailliste ont fustigé l'attitude de Jeremy Corbyn, élu l'année dernière à la tête du Labour, auquel ils reprochent de n'avoir pas réussi à convaincre l'électorat du nord de l'Angleterre de voter en faveur d'un maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE.

Dans ce bastion travailliste, des millions d'entre eux ont voté en faveur du "Brexit", parfois séduits par les arguments de la campagne du "Out" sur l'immigration.

"Chez un dirigeant, on a besoin de quelqu'un capable de véhiculer un message et dont le message inspire confiance et je pense qu'il a échoué sur ces deux points au cours de la campagne pour le référendum et donc, je ne pense pas qu'il doive rester à la tête du parti", a déclaré Ann Coffey à Reuters.

"Je vais dire aux gens, 'vous pouvez gagner l'élection ou vous pouvez avoir Corbyn comme dirigeant, mais vous ne pouvez pas avoir les deux'".

En 1975, Jeremy Corbyn avait voté contre lors du référendum portant sur l'adhésion à l'UE, ce qui ne l'a pas empêché de faire campagne pour le maintien dans le bloc lors du référendum de jeudi.

"Ce que nous avons vu hier, ce sont des cohortes d'électeurs du Labour qui n'ont tout simplement pas voté pour le Labour. Jeremy Corbyn n'a pas su se connecter avec le peuple comme nous avions besoin qu'il le fasse", a dit Margaret Hodge à la chaîne de télévision Sky News. (Kylie MacLellan,; Nicolas Delame pour le service français)