LEAD 2-Volkswagen peine à apaiser ses actionnaires lors de l'AG

mercredi 22 juin 2016 23h48
 

(Actualisé avec résultat de votes, cours de clôture)

par Andreas Cremer

HANOVRE, 22 juin (Reuters) - Les plus hauts dirigeants de Volkswagen ont présenté leurs excuses mercredi lors de l'assemblée générale des actionnaires, les premières depuis l'éclatement du scandale de la fraude aux tests antipollution il y a neuf mois, et ils ont promis du changement afin de sortir le constructeur automobile de la pire crise de son histoire.

Face aux vives critiques de nombreux petits actionnaires durant cette assemblée, les familles Porsche et Piëch, l'Etat de Basse-Saxe et le Qatar, qui contrôlent ensemble quasiment 90% du capital, ont serré les rangs derrière la direction, dont l'action en 2015 a finalement été approuvée au terme d'un marathon de 11 heures de débat.

Le numéro un européen du secteur a perdu près d'un quart de sa valeur boursière depuis les premières révélations, le 18 septembre, sur le trucage de plusieurs de ses modèles diesel afin de fausser les résultats des mesures d'émissions polluantes, et l'affaire risque de lui coûter des dizaines de milliards d'euros au cours des années à venir pour couvrir le coût de la modification des millions de véhicules concernés, l'indemnisation des clients et les amendes.

"Nous regrettons sincèrement que le dossier du diesel jette une ombre sur cette grande entreprise" a déclaré le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, lors de l'assemblée générale à Hanovre.

"C'est d'autant plus douloureux pour vous, pour nous et pour moi personnellement que les règles ont été violées et les limites éthiques transgressées", a dit pour sa part Matthias Müller, le président du directoire, devant les quelque 3.000 actionnaires présents.

Certains actionnaires ont vertement critiqué la recommandation du conseil de surveillance et du directoire de ratifier lors de l'AG la gestion des dirigeants pour l'exercice 2015, une procédure habituelle qui ne fait généralement pas débat mais qui équivaut de fait à un vote de confiance.

Des actionnaires ont demandé que Pötsch, qui a été directeur financier du groupe, ne préside pas l'AG, mais leurs motions ont été rejetées.   Suite...