LEAD 1-Volkswagen ne retire pas son soutien à ses anciens dirigeants

mardi 21 juin 2016 23h46
 

(Actualisé avec source après la réunion du conseil de surveillance)

BERLIN, 21 juin (Reuters) - Le conseil de surveillance de Volkswagen a maintenu mardi la recommandation adressée aux actionnaires en faveur de l'approbation, lors de l'assemblée générale de mercredi, des décisions prises par la direction en 2015, a-t-on appris d'une source proche du dossier au lendemain de l'annonce d'une nouvelle enquête judiciaire.

Le conseil de surveillance et le directoire du constructeur automobile avaient recommandé le 11 mai aux actionnaires de ratifier les décisions prises au cours du dernier exercice clos, en s'appuyant sur le fait qu'aucune enquête liée au scandale des émissions polluantes - qui a éclaté en septembre - n'a mis au jour d'éventuelles malversations de la part de l'équipe dirigeante.

Les deux organes dirigeants avaient alors précisé que cette recommandation était conditionnée à l'absence de toute mise en cause des membres du directoire.

Mais le parquet de Brunswick, dont dépend Wolfsburg, où se trouve le siège de Volkswagen, a depuis ouvert une enquête visant l'ex-président du directoire Martin Winterkorn et Herbert Diess, le patron de la marque VW, qu'il soupçonne d'avoir manipulé le cours de l'action en retardant la publication de certaines informations sur le scandale des émissions polluantes.

Réuni mardi, le conseil de surveillance a longuement débattu de la recommandation du 11 mai, a expliqué la source, qui a requis l'anonymat, les délibérations étant confidentielles.

Le conseil a choisi de soutenir la recommandation car les enquêtes internes sur le scandale n'ont pour l'instant révélé aucun manquement grave des membres du directoire à leurs obligations en 2015, a précisé cette source.

Herbert Diess, ancien directeur du développement de BMW recruté par VW en juillet dernier pour redresser la marque, bénéficie du soutien du conseil malgré l'enquête du parquet, a-t-elle ajouté.

Volkswagen n'a pas répondu à plusieurs demandes de commentaire adressées par téléphone mardi.   Suite...