BOURSE-UniCredit grimpe, Passera pourrait succéder à Ghizzoni

lundi 20 juin 2016 12h36
 

ROME, 20 juin (Reuters) - UniCredit gagne autour de 4% à la Bourse de Milan jeudi en réaction à une information du journal Il Fatto Quotidiano selon laquelle l'ancien ministre de l'Industrie Corrado Passera pourrait être nommé dès cette semaine à la tête de la première banque italienne par les actifs.

Contesté par certains actionnaires qui lui reprochaient entre autres la baisse du cours de Bourse d'UniCredit, l'actuel administrateur délégué Federico Ghizzoni avait annoncé le 24 mai qu'il se retirerait une fois nommé son successeur.

Le titre UniCredit a perdu 21% depuis en raison des incertitudes entourant cette nomination et dans la crainte de voir le successeur de Ghizzoni être contraint à lancer une augmentation de capital.

L'action gagne 3,9% à 2,5060 euros vers 10h30 GMT, après une poussée à 2,5960, profitant également du rebond général du secteur bancaire en Europe dans l'espoir d'une victoire du "In" au référendum britannique de jeudi sur l'Union européenne. L'indice sectoriel des banques s'adjuge 4,3% à ce stade.

Aujourd'hui âgé de 61 ans, Corrado Passera avait été l'architecte du redressement de la Poste italienne entre 1998 et 2002 avant de devenir cette même année administrateur délégué de Banca Intesa, qui a ensuite fusionné avec Sanpaolo IMI pour créer Intesa Sanpaolo, la première banque de détail en Italie.

Il a quitté la direction d'Intesa en 2011 pour intégrer le gouvernement de technocrates qui avait été formé en Italie cette année-là dans le contexte de crise de la dette.

"Passera serait positif pour le cours de Bourse, si l'information se confirme le titre devrait continuer de progresser sur le court terme même si on sait que le nouvel AD sera confronté à d'importants défis", déclare un trader à Milan.

Une source proche d'un important actionnaire d'UniCredit a dit que l'ex-ministre était l'un des candidats envisagés mais qu'aucune décision n'avait encore été prise.

Le président du conseil d'administration avait indiqué que la nomination n'interviendrait pas avant fin juillet mais Pier Carlo Padoan, le ministre de l'Economie, a appelé de ses voeux une décision rapide vendredi dernier, estimant que la situation créait un "élément de faiblesse" pour la banque. (Isla Binnie, Gianluca Semeraro et Silvia Aloisi, Véronique Tison pour le service français)