BOURSE-Gemalto recherché, Goldman Sachs n'est plus vendeur

mercredi 15 juin 2016 10h45
 

PARIS, 15 juin (Reuters) - L'action Gemalto profite mercredi matin d'une note de Goldman Sachs, qui voit de plus en plus le spécialiste français de la sécurité numérique procéder à des opérations de fusion-acquisition pour diversifier ses activités et atteindre ses objectifs de résultats.

Goldman Sachs relève son conseil de "vendre" à "neutre" sur le titre - qu'il retire de sa liste des valeurs européennes à vendre en priorité - et son objectif de cours de 53 à 58 euros.

A 10h20, l'action monte de 3,17% à 53,33 euros, parmi les plus fortes hausses du SBF 120, qui avance de 1,25%.

"Nous notons qu'à la suite de la forte baisse des revenus de l'activité dans les cartes SIM, celles-ci représentent désormais moins de 20% du total des revenus du groupe contre 39% en 2012, ce qui suggère un profil de risque moins élevé qu'auparavant", souligne Goldman Sachs.

"Nous pensons que des opérations de fusion-acquisition pourrait aider Gemalto à diversifier ses activités en dehors des cartes SIM (et cartes de paiement), tout en l'aidant à atteindre son objectif de résultat opérationnel (Ebit) ajusté en 2017, que sinon il manquerait selon nous", ajoute le broker en s'appuyant sur des déclarations du directeur général Olivier Piou se disant à l'affût d'opportunités.

Un éventuel accord avec Safran sur le rachat de Morpho, la filiale sécurité de l'équipementier aéronautique, aurait un effet relutif de 10% à 42% sur le bénéfice par action de Gemalto d'ici 2019 sur la base des synergies potentielles, relève Goldman Sachs.

(Raphaël Bloch, édité par Dominique Rodriguez)