La Suède réduit la fiscalité du nucléaire

vendredi 10 juin 2016 17h04
 

STOCKHOLM, 10 juin (Reuters) - Le gouvernement suédois a annoncé vendredi la suppression d'ici 2019 de certaines taxes sur l'électricité d'origine nucléaire et la construction de nouveaux réacteurs pour remplacer des installations vieillissantes afin d'assurer l'approvisionnement énergétique du pays pendant les prochaines décennies.

Les producteurs d'électricité nucléaire en Suède avaient déclaré qu'ils devraient fermer certaines centrales déficitaires si une taxe sur les capacités nucléaires n'était pas abolie, ce qui menaçait le pays d'une hausse des prix et de pénuries.

"L'objectif (...) est de faire en sorte que nous puissions toujours garantir une électricité à des prix compétitifs, de manière stable et durable, à court comme à long terme", a déclaré le ministre de l'Energie, Ibrahim Baylan, à des journalistes.

La taxe sur les capacités nucléaires, qui a rapporté environ quatre milliards de couronnes (429 millions d'euros) à l'Etat en 2015, sera progressivement supprimée sur la période 2017-2018 et compensée par une augmentation des taxes prélevées sur les factures des abonnés. L'industrie lourde devrait toutefois être épargnée.

Le gouvernement a précisé qu'il autoriserait parallèlement la construction de jusqu'à dix nouveaux réacteurs nucléaires dans le pays pour compenser la fermeture d'installations exploitées depuis les années 1970 et 1980.

La compagnie publique Vattenfall et le groupe privé allemand E.ON avaient annoncé leur intention de fermer plus tôt que prévu initialement quatre des dix réacteurs en exploitation en Suède, en raison notamment de l'alourdissement de la fiscalité. L'un de ces réacteurs a été arrêté définitivement l'an dernier.

En avril, Vattenfall avait déclaré que les six autres réacteurs devraient fermer d'ici 2020 si la taxe sur les capacités n'était pas supprimée.

Les centrales nucléaires suédoises ont produit en 2015 environ 34% de l'électricité consommée dans le pays.

Les décisions annoncées vendredi constituent un revers pour le Parti vert suédois, qui réclame un arrêt définitif et rapide de la production d'électricité nucléaire et étaient à l'origine d'une augmentation de la taxe sur les capacités l'an dernier.

(Johan Sennero; Marc Angrand pour le service français)