Brésil-Taux inchangés dans un contexte d'inflation élevée

jeudi 9 juin 2016 08h24
 

BRASILIA, 9 juin (Reuters) - La banque centrale brésilienne a annoncé mercredi, pour la septième fois de suite, qu'il laissait ses taux directeurs inchangés, l'institution d'émission résistant à la tentation de baisser le loyer de l'argent dans un contexte de récession au vu d'une inflation qui reste proche des 10%.

A l'unanimité, le comité de politique monétaire de la banque centrale (Copom) a voté en faveur du maintien, comme prévu, de son taux de référence Selic à 14,25%, un pic depuis près de 10 ans.

Le Brésil, toujours en pleine tourmente politique, vit peut-être la pire récession de son histoire. L'économie du pays a ainsi détruit près de deux millions d'emplois sur l'année écoulée.

Mais, en dépit de cette récession, l'inflation est restée élevée en raison de la hausse des prix contrôlés par le gouvernement et d'une affaiblissement de la devise du pays.

La banque centrale a repris les mêmes termes que ceux figurant dans sa précédente décision d'un statu quo monétaire, à savoir qu'elle prenait acte des quelques progrès réalisés dans sa lutte contre la hausse des prix, tout en ajoutant que les efforts n'avaient pas été suffisants pour justifier une baisse des taux.

Sur les 12 mois à fin mai, l'inflation s'est établie à 9,32% alors que le point médian de la fourchette d'objectifs de la banque centrale est de 4,5%.

La plupart des économistes pensent que l'institut d'émission commencera à baisser ses taux au cours du second semestre, qui devrait être caractérisé par de moindres pressions inflationnistes.

La réunion de politique monétaire de mercredi était la dernière présidée par le gouverneur Alexandra Tombini, qui sera remplacé par Ilan Goldfajn, nommé par Michel Temer, le président par intérim du pays depuis la destitution de Dilma Rousseff. (Alonso Soto, Benoît Van Overstraeten pour le service français)