LEAD 2-Hutchison a proposé des concessions à l'UE pour Vimpelcom

mercredi 8 juin 2016 00h01
 

(Actualisé avec précisions sur les concessions proposées)

BRUXELLES, 7 juin (Reuters) - CK Hutchison Holdings a proposé de renforcer ses concurrents comme Fastweb, la filiale de Swisscom, pour tenter de s'assurer le feu vert de la Commission européenne à la fusion de sa filiale de téléphonie mobile italienne avec celle de Vimpelcom, apprend-on d'une source proche du dossier.

La Commission européenne (CE) a annoncé mardi qu'Hutchison avait proposé des concessions. Le groupe de Hong Kong contrôlé par Li Ka-shing, l'homme le plus riche d'Asie, a formulé ses concessions lundi, comme il est mentionné sur le site de l'exécutif européen, sans autre précision.

Hutchison ne fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Selon la source, Hutchison est disposé à céder des services mobiles, des équipements et à conclure des accords d'itinérance pour créer un quatrième opérateur en Italie après la fusion.

Swisscom figure parmi plusieurs candidats au rachat des actifs d'Hutchison, précise-t-on de même source.

La CE a annoncé fin mars qu'elle ouvrait une enquête approfondie sur cette opération, craignant qu'elle n'aboutisse à une hausse des prix et à une baisse des investissements.

La fusion projetée entre 3 Italia, filiale du groupe de Hong Kong, et WIND Telecommunicazioni, filiale du russe Vimpelcom, ramènerait le nombre d'opérateurs mobiles en Italie de quatre à trois et créerait le leader du secteur en nombre d'abonnés.

Elle réduirait aussi le nombre d'opérateurs disposant de leur propre réseau, accessible à d'éventuels opérateurs virtuels.

Un mois auparavant, la CE avait interdit l'OPA de 10,3 milliards de livres (13,0 milliards d'euros) de CK Hutchison Holdings sur O2, filiale britannique de téléphonie mobile de l'espagnol Telefonica, estimant qu'elle aboutirait à une hausse des prix en Grande-Bretagne. (Foo Yun Chee, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Joanny)