Merkel rejette les déclarations turques après le vote sur l'Arménie

mardi 7 juin 2016 17h38
 

BERLIN, 7 juin (Reuters) - La chancelière Angela Merkel a rejeté mardi les accusations "incompréhensibles" lancées en Turquie contre des parlementaires allemands d'origine turque après le vote au Bundestag d'une résolution déclarant que les Arméniens massacrés par des forces ottomanes en 1915 avaient été victimes d'un génocide.

Ce vote, la semaine dernière, a provoqué la fureur d'Ankara qui rejette l'idée selon laquelle le massacre d'Arméniens pendant la Première Guerre mondiale pouvait être qualifié ainsi.

Parmi les personnalités visées par ces attaques, figure le député et coprésident du parti des Verts allemands, Cem Özdemir, qui a reçu des menaces de mort.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé les Allemands d'hypocrisie, rappelant leur rôle dans les conflits du 20e siècle. Il a ajouté que le sang des parlementaires allemands d'origine turque devrait être testé.

"Les parlementaires de la chambre basse du Parlement sont élus librement, sans exception, et les accusations et déclarations qui ont été faites en Turquie sont incompréhensibles", a déclaré la chancelière lors d'une conférence de presse.

"Il était évident lors du vote du texte qu'il y a une divergence d'opinion entre la majorité du Bundestag et la partie turque", a déclaré Angela Merkel.

Evoquant les accusations d'hypocrisie lancées en Turquie, la chancelière a assuré que l'Allemagne assumait son histoire et sa responsabilité dans l'holocauste et qu'elle appuierait la création d'une commission historique chargée d'aider la Turquie et l'Arménie.

Ankara admet que des Arméniens ont été massacrés mais conteste le chiffre de 1,5 million et nie l'organisation d'une campagne pour leur élimination systématique. (Madeline Chambers,; Nicolas Delame pour le service français)