Aucun candidat potentiel à l'euro ne satisfait aux critères-BCE

mardi 7 juin 2016 12h20
 

FRANCFORT, 7 juin (Reuters) - Aucun des sept pays susceptibles d'adopter l'euro dans un avenir plus ou moins proche ne réunit l'ensemble des conditions économiques et juridiques préalables en dépit des progrès importants accomplis ces dernières années, conclut la Banque centrale européenne (BCE) dans son nouveau "rapport sur la convergence".

Les sept pays dont l'institut de Francfort a étudié la situation sont la Bulgarie, la République tchèque, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Suède.

"Dans aucun des sept pays examinés, le cadre juridique n'est totalement compatible avec l'ensemble des exigences relatives à l'adoption de l'euro. Des incompatibilités demeurent quant à l'indépendance de la banque centrale", explique la BCE.

"En outre, dans tous les pays sous revue, sauf en Croatie, il existe des incompatibilités avec l'interdiction du financement monétaire ainsi qu'en ce qui concerne l'intégration juridique des banques centrales respectives dans l'Eurosystème."

Du point de vue des critères économiques, la BCE note que les différences entre les pays en matière d'inflation se sont nettement réduites et constate une "certaine amélioration" concernant les déficits budgétaires, mais elle rappelle que "le fait de satisfaire à des critères de convergence numériques à un moment donné ne garantit pas, en lui-même, une adhésion sans à-coups à l'UEM", l'Union économique et monétaire.

La Roumanie, la Croatie et la Bulgarie sont considérées comme les pays les plus avancés vers l'accession à la monnaie unique, chacun d'eux ayant entamé les discussions sur le processus devant mener à la fixation d'une date pour le passage à l'euro.

La Suède, elle, n'a entamé aucune discussion sur le sujet et les sondages d'opinion montrent que deux tiers des électeurs suédois se disent opposés à l'euro.

(Balazs Koranyi; Marc Angrand pour le service français)