LEAD 1-Face à Jin Jiang, AccorHotels tente de trouver un équilibre

lundi 6 juin 2016 19h50
 

(Actualisé avec les déclarations de François Hollande)

par Pascale Denis

PARIS, 6 juin (Reuters) - Les grandes manoeuvres ont commencé sur la gouvernance et l'équilibre des forces au sein du capital d'AccorHotels face aux appétits du chinois Jin Jiang, son premier actionnaire.

Le géant hôtelier chinois a franchi les 15% du capital du groupe français le 27 mai après en avoir acquis plus de 10% pour plus d'un milliard d'euros en l'espace de seulement quatre mois.

S'il a jusqu'ici toujours dit soutenir la stratégie d'AccorHotels, Jin Jiang a également fait savoir qu'il entendait poursuivre ses achats, assurant ne pas envisager de prendre le contrôle du groupe, et a indiqué qu'il pourrait demander un ou plusieurs sièges au conseil.

Pour muscler encore ses positions avant l'arrivée programmée du Qatar et de l'Arabie saoudite au capital et au conseil d'AccorHotels, Jin Jiang a approché les fonds Eurazeo et Colony pour leur racheter leurs parts (5,13% et 5,85% respectivement), selon une source proche du dossier, confirmant une information du Figaro.

Interrogé par la Voix du Nord sur la possibilité de voir AccorHotels passer sous pavillon chinois, François Hollande s'est dit "très attentif à ce que le capital de ce grand groupe à taille mondiale reste diversifié".

"Nous devons veiller à ne pas perdre les centres de décision", ajoute-t-il dans une interview à paraître mardi.

L'Etat français, pour qui la montée de Jin Jiang revêt un caractère politique, le groupe chinois étant contrôlé par la municipalité de Shanghai, a fait irruption dans un dossier "suivi de près" par le ministère de l'Economie, selon une source proche de Bercy.   Suite...