France-Hollande fait un geste pour les communes en 2017

jeudi 2 juin 2016 16h26
 

PARIS, 2 juin (Reuters) - François Hollande a annoncé jeudi une réduction de moitié en 2017 de la baisse des dotations de l'Etat aux communes, pour la ramener à un milliard d'euros, et la reconduction d'un fonds de soutien à l'investissement.

Intervenant devant le 99e congrès des maires, le chef de l'Etat n'a pas été toutefois jusqu'à annuler totalement la nouvelle baisse des dotations prévue l'an prochain, après celles de 2015 et 2016, réclamée par l'Association des maires de France pour enrayer la chute de leurs investissements.

"Je mesure les efforts qui vous ont été demandés ces dernières années", a-t-il déclaré devant des milliers d'édiles réunis au parc des Expositions de la porte de Versailles à Paris, tout en ajoutant que la trajectoire de réduction des déficits publics devait être tenue.

Mais il a annoncé "une diminution de moitié de l'effort financier demandé aux communes et aux intercommunalités en 2017" dans le cadre du programme de 50 milliards d'économies prévu sur la période 2015-2017.

L'effort qui leur sera demandé sera ainsi limité à un milliard d'euros pour le "bloc communal" l'an prochain.

François Hollande a aussi annoncé que le fonds exceptionnel de soutien à l'investissement aux collectivités locales mis en place cette année serait reconduit en 2017 et porté de 1,0 à 1,2 milliard d'euros.

Sur cette nouvelle enveloppe, 600 millions seront consacrés aux priorités nationales que sont la transition énergétique, le logement, l'accessibilité des bâtiments, et 600 millions destinés aux petites villes et la ruralité.

Pour le chef de l'Etat, cette enveloppe permettra d'abonder encore la DETR (dotation d'équipement des territoires ruraux) pour la porter à un milliard d'euros au lieu de 800 millions aujourd'hui.

Les collectivités (communes, départements, régions) ont vu leur dotation fondre de près de 3,7 milliards d'euros en 2015 et 2016, avant une baisse du même ordre prévue en 2017, afin de contribuer à l'effort visant à ramener le déficit public de la France sous 3% du PIB l'an prochain. (Elizabeth Pineau, édité par Yann Le Guernigou)