L'IATA donnera son avis sur les boîtes noires d'ici fin 2016

jeudi 2 juin 2016 14h23
 

DUBLIN, 2 juin (Reuters) - Les compagnies aériennes pensent pouvoir se prononcer d'ici la fin de l'année sur les dispositifs permettant de retrouver plus rapidement les enregistreurs de vol et faire plus facilement la lumière sur les disparitions d'avions, un débat relancé par la disparition du vol MS804 d'EgyptAir le 19 mai dernier.

"Je pense que nous devrions avoir établi une position concrète et définitive sur cette question d'ici la fin de cette année", a dit jeudi Gilberto Lopez Meyer, un des vice-présidents de l'Association internationale du transport aérien (IATA).

"L'IATA est en discussions. Toutes les options ont des points positifs et négatifs", a-t-il déclaré à Dublin où est organisée l'assemblée générale annuelle de l'Iata.

Parmi les pistes envisagées, celle d'une transmission en direct des données collectées par les enregistreurs de vol ou celle d'équiper les boîtes noires d'un émetteur capable de s'éjecter automatiquement pour qu'on les retrouve plus facilement.

La première solution pose la question du stockage de gigantesques volumes de données tandis que la seconde se heurte à la crainte de voir l'émetteur s'éjecter accidentellement.

La localisation des avions en temps réel était déjà devenue une priorité pour les compagnies aériennes depuis la disparition en 2014 du vol MH370 de la Malaysia Airlines. L'Organisation de l'aviation civile internationale (ICAO), qui émane des Nations unies, a dit en mars que les nouveaux appareils devraient, d'ici 2021, être équipés de manière à ce que leurs boîtes noires soient plus facilement retrouvées.

L'ICAO souhaite en outre que les avions soient équipés d'ici 2018 de dispositifs permettant de les localiser au moins une fois par minute. (Sarah Young; Nicolas Delame pour le service français)