** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

jeudi 2 juin 2016 08h04
 

PARIS/LONDRES, 2 juin (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse jeudi à l'ouverture, dans le sillage des places asiatiques, victimes de prises de profits, en attendant les réunions de la Banque centrale européenne et de l'Opep.

La plupart des intervenants attendent un statu quo de la BCE en matière de politique monétaire à l'issue de la réunion. La banque centrale devrait toutefois relever ses perspectives de croissance et d'inflation.

D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 0,6% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,3% et le FTSE à Londres 0,2%.

La Bourse de Tokyo a poursuivi son repli entamé la veille, avec un recul de 2,32%, la fermeté du yen, défavorable aux résultats des entreprises exportatrices, incitant les investisseurs à prolonger leurs prises de bénéfices.

L'indice MSCI Asie-Pacifique, hors Japon, stagne après avoir pris plus de 3% en sept jours.

Wall Street a terminé mercredi sa première séance du mois de juin sans grand changement, les investisseurs cherchant à voir clair dans l'avalanche d'indicateurs publiés au cours de la journée sur l'activité manufacturière à travers le monde.

Les mauvaises nouvelles de la veille sur le front de la production manufacturières en Chine et en Europe pèsent aussi sur la tendance et un bon indicateur d'activité dans le secteur aux Etats-Unis n'a pas suffi les effacer.

Sur le marchés des changes, le yen est en forte hausse face au dollar, poussé par un accès d'aversion au risque, des prises de profit sur le dollar qui a pris plus de 4% face à la devise japonaise au mois de mai et l'inquiétude face à l'absence de politique claire au Japon après le report de la hausse de la TVA.

Le pétrole recule, après une séance volatile la veille, à l'approche de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à Vienne ce jeudi. Reuters à cité quatre sources indiquant qu'un plafond de production allait y être discuté, mais le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, l'a démenti.   Suite...