La pharmacie ne lutte pas contre la corruption-Transparency

jeudi 2 juin 2016 06h07
 

LONDRES, 2 juin (Reuters) - La corruption continue à peser sur l'industrie pharmaceutique malgré plusieurs scandales récents, les laboratoires et les gouvernements ne parvenant pas à régler le problème, estime jeudi l'organisation Transparency International.

Le groupe de lutte contre la corruption évoque un certain nombre de trous noirs dangereux dans le secteur pharmaceutique, allant du manque de données disponibles pour le public concernant les résultats de la recherche à des pratiques sournoises en matière commerciale, en passant par l'application peu rigoureuse des normes de fabrication.

"Il est choquant que malgré les scandales qui se succèdent autour des sociétés pharmaceutiques, les responsables politiques continuent à ne pas prendre sérieusement l'effet corrosif de la corruption", déclare Sophie Peresson, responsable du secteur pharmacie-santé chez Transparency. "Les drapeaux rouges sont ignorés."

Les laboratoires pharmaceutiques continuent à débourser des milliards de dollars pour régler diverses affaires. Par exemple le britannique GlaxoSmithKline a payé une amende record de près de 500 millions de dollars en 2014 pour corruption en Chine. De nombreuses affaires sont en cours devant les tribunaux américains.

Début 2016, une enquête sur dix pour corruption aux Etats-Unis portait sur des sociétés pharmaceutiques, estime Transparency International, ce qui est supérieur à ce qui se passe dans le secteur bancaire.

La Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques a dit déplorer que le rapport de Transparency ne mentionne pas une série d'initiatives menées par le secteur comme la transparence financière, le partage des données et la lutte contre les médicaments contrefaits. (Ben Hirschler; Danielle Rouquié pour le service français)