Rome va vendre une deuxième tranche du capital de Poste Italiane

mardi 31 mai 2016 21h28
 

ROME/MILAN, 31 mai (Reuters) - Rome espère dégager environ 2,7 milliards d'euros de la cession d'une deuxième tranche du capital de Poste Italiane d'ici la fin de l'année afin de réduire l'endettement du pays.

Le gouvernement italien prévoit d'engranger huit milliards d'euros de ses privatisations cette année pour tenter d'alléger le fardeau de sa dette qui représente 132,7% de son produit intérieur brut (PIB), ce qui la place au deuxième rang des pays les plus endettés de la zone euro, derrière la Grèce.

Un décret a été adopté mardi permettant au Trésor italien de placer sur le marché une participation de 30% dans le capital de la poste, selon une source du gouvernement.

La cession d'actions devrait avoir lieu à l'automne, précise une autre source proche du dossier.

Après avoir déjà vendu 35% de Poste Italiane l'an dernier, le Trésor italien a annoncé la semaine dernière envisager d'en placer encore 30% sur le marché, après avoir dans un premier temps transmis 35% du capital à l'équivalent de la Caisse des dépôts en Italie, la Cassa Depositi e Prestiti (CDP).

Le président du conseil, Matteo Renzi, a réorganisé la CDP l'an dernier afin d'en faire un instrument plus actif de soutien à la politique de relance de l'économie italienne.

Depuis, la CDP a déboursé 900 millions d'euros pour racheter une part du groupe de services pétroliers Saipem à la compagnie pétrolière Eni. Aux cours de Bourse actuels, cette participation vaut 476 millions d'euros.

Elle a également placé 500 millions d'euros dans un fonds de sauvetage récemment créé, destiné à soutenir les banques en difficulté. Elle est par ailleurs appelée à jouer un rôle dans le sauvetage du sidérurgiste Ilva, ainsi que dans la mise en place d'un réseau de télécommunication haut débit.

Les analystes estiment que Poste Italiane devrait renflouer à terme les finances de la Cassa Depositi e Prestiti.   Suite...