BOURSE-Sopra Steria rebondit, des analystes restent confiants

mardi 1 mars 2016 10h00
 

PARIS, 1er mars (Reuters) - L'action Sopra Steria rebondit nettement en tête du SBF 120 mardi matin en Bourse, des analystes se montrant confiants dans la société de conseil et de services informatiques malgré la baisse du dividende annoncée la veille et un ralentissement de sa croissance au quatrième trimestre.

A 09h53, le titre gagne 9,55% à 97,74 euros au lendemain d'une baisse de 4,09%, la SSII ayant également pâti d'une marge inférieure aux attentes dans certaines activités en 2015. . Le SBF 120 gagne 0,46%.

"L'histoire ne peut pas se résumer à une baisse du dividende", juge dans une note Bryan Garnier, à l'achat sur le titre.

"La croissance à périmètre comparable devrait accélérer, les synergies avec Steria ont été mises en oeuvre plus rapidement que prévu, et le free cash flow pourrait s'améliorer (...) Ces éléments montrent que la dynamique reste solide", considère le courtier.

Le groupe, issu de la fusion de Sopra et de Steria en 2014, a fait état d'une croissance organique de 2% en 2015 avec un chiffre d'affaires de 3,584 milliards d'euros et un taux de marge opérationnelle de 6,8% malgré un ralentissement au quatrième trimestre avec une croissance organique ramenée à 0,9% en raison d'une stagnation en France et d'effets de base.

Société générale conseille également d'acheter la valeur, le broker estimant que les questions soulevées par l'activité britannique ne devraient pas masquer la qualité de l'ensemble du groupe.

Au Royaume-Uni, deuxième marché de Sopra Steria avec plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2015, notamment dans le secteur public, le groupe a dit ne pas avoir encore mesuré l'impact d'un éventuel "Brexit" sur son activité.

Pour cette année, Sopra Steria anticipe une croissance organique supérieure à celle enregistrée en 2015, en dépit d'un premier trimestre en faible croissance.

Sopra Steria s'attend aussi à un taux de marge opérationnelle d'activité de plus de 7,5% en 2016 et à un flux net de trésorerie disponible nettement supérieur aux 49,3 millions d'euros de 2015. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Matthieu Protard)