BOURSE-PSA recule, des analystes prudents malgré les résultats

jeudi 25 février 2016 11h46
 

PARIS, 25 février (Reuters) - L'action PSA accuse la plus forte des rares baisses du CAC 40 dans des volumes nourris jeudi matin, plusieurs analystes se montrant prudents pour le groupe malgré les résultats publiés la veille par le constructeur automobile.

A 11h41, le titre perd 4,33% à 13,265 euros dans des volumes représentant 1,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext. Au même instant, le CAC 40 gagne 1,7% dans des volumes équivalents à 34% de leur moyenne journalière habituelle.

PSA Peugeot Citroën a renoué en 2015 avec un bénéfice net après quatre années dans le rouge et a atteint en avance tous les objectifs de son plan de redressement économique.

"L'année 2015 et solide, mais le cycle reste le principal moteur (de croissance) (...) Nous maintenons notre prudence sur PSA", relève dans une note Credit suisse, neutre sur le titre.

"Le marché surestime la résistance des résultats et des marges", ajoute le courtier estimant que les marges ont atteint un plus haut, avec une profitabilité de 5% en 2015 dans l'automobile. "Nous anticipons une marge de 4,2% dans l'automobile en 2016."

Dans une note sectorielle, Goldman Sachs souligne un début d'année qui démarre lentement en évoquant un recul des ventes de 6,3% globalement en janvier.

UBS a abaissé son objectif de cours sur PSA de 16 à 15 euros.

Quant à Kepler Cheuvreux, même s'il a relevé son conseil sur la valeur d'"alléger" à "conserver", le courtier juge toujours vagues les perspectives à moyen terme et attend le nouveau plan qui doit être présenté le 5 avril.

"Nous préférons toujours Renault parmi les constructeurs latins, en raison d'une valorisation plus attrayante, de perspectives 2016 plus claires et d'une performance et d'un historique sur son activité principale plus solides", souligne l'intermédiaire.

PSA entend poursuivre à l'avenir sa stratégie axée sur la frugalité - il a économisé 211 euros sur les coûts de production de chaque voiture en 2015 et provisionnera encore des frais de restructuration en 2016 - et le recentrage sur ses véhicules les plus mondiaux et les plus rentables. (Alexandre Boksenbaum-Granier, avec le bureau de Bangalore, édité par Jean-Michel Bélot)