Les émergents montent au créneau pour leur devise, avant le G20

mercredi 24 février 2016 18h33
 

par Patrick Graham et Sujata Rao

LONDRES, 24 février (Reuters) - Les efforts de plusieurs pays émergents pour stabiliser leur devise, sous pression depuis près de trois ans,sans attendre une hypothétique action concertée à l'échelle internationale sur les changes ont été salués par de grands fonds d'investissement qui y voient le catalyseur d'un retournement de tendance.

La réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20 vendredi et samedi à Shanghai, en Chine, risque de décevoir ceux qui en espèrent un grand plan concerté de relance de l'économie mondiale et d'apaisement sur les marchés financiers.

Plusieurs des pays émergents membres du G20 comme le Mexique, le Brésil, la Corée du Sud et l'Inde ont d'ores et déjà renforcé la défense de leur devise malmenée par des mesures énergiques accompagnées de mises en garde contre les spéculateurs.

Et cela sans parler de la Chine qui a encore puisé dans ses réserves le mois dernier, à hauteur de près de 100 milliards de dollars, pour tenter de stabiliser le yuan.

Le gouverneur de la banque centrale du Mexique, Augustin Carstens, a appelé le mois dernier les grandes puissances émergentes à endiguer de manière coordonnée les sorties de capitaux qu'elles subissent.

Il a depuis procédé à une hausse surprise des taux d'intérêt et à des interventions sur le marché des changes pour un montant d'environ deux milliards de dollars.

"C'était une manière de manifester notre désaccord, notre rejet manifeste de ces niveaux", a dit Carstens jeudi dernier en référence à la chute de 40% du peso depuis 2013.

La banque centrale coréenne a publié le lendemain un communiqué dénonçant l'intensification des comportements moutonniers sur le marché après des interventions pour soutenir le won d'un montant comparable.   Suite...