Richemont envisage de supprimer jusqu'à 350 emplois

lundi 22 février 2016 19h09
 

ZURICH, 22 février (Reuters) - Richemont envisage de supprimer jusqu'à 350 emplois en Suisse, signe peut-être d'une mauvaise passe durable pour l'industrie horlogère suisse, de l'avis des analystes.

Le groupe de luxe suisse a confirmé lundi un article du journal suisse Le Temps qui, citant une note interne, rapporte que Richemont supprimera jusqu'à 4% de ses effectifs en Suisse en raison de conditions de marché difficiles et d'une hausse du franc suisse qui a affecté le tourisme.

"A notre avis, Richemont n'envisagerait pas de supprimer des emplois sur ses sites de production s'il anticipait un prochain rebond de l'industrie horlogère", disent les analystes de JPMorgan Cazenove lundi. "Le personnel de production horloger est très qualifié et ça prend du temps de le former".

Richemont possède les marques Cartier, Vacheron Constantin, Piaget et Montblanc. Il emploie autour de 9.000 personnes en Suisse.

Richemont avait déclaré en janvier que son environnement allait rester difficile début 2016, alors que ses ventes s'étaient contractées de 4% sur les trois derniers mois de 2015 en raison notamment du ralentissement chinois et des attentats à Paris.

Plusieurs horlogers ont éclairci leurs effectifs ces derniers mois, tels que Ulysse Nardin, récemment racheté par Kering, Parmigiani et Christophe Claret.

Les exportations de montres suisses ont baissé de 7,9% en termes nominaux en janvier, par rapport à janvier 2015. (Brenna Hughes Neghaiwi et Michael Shields, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey)