LEAD 1-Nucléaire-Des engagements plafonnés pour les "utilities" ?

lundi 22 février 2016 17h31
 

(Actualisé avec des précisions)

par Markus Wacket

BERLIN, 22 février (Reuters) - Le gouvernement allemand est disposé à protéger les compagnies d'électricité du risque d'une hausse des coûts liée à la sortie de l'Allemagne du nucléaire, selon le projet de rapport d'une commission dont Reuters a pris connaissance lundi.

La commission préconise que les quatre grandes "utilities" (sociétés de services aux collectivités) E.ON, RWE , EnBW et Vattenfall transfèrent d'ici 2022 à un fonds public les réserves financières constituées pour le stockage des déchets nucléaires.

Elle soulève également la possibilité que ces compagnies d'électricité restent redevables de 36 milliards d'euros au plus de coûts de stockage, soit le double des 17,7 milliards d'euros mis de côté jusqu'à présent pour le stockage provisoire et définitif de ces déchets.

E.ON et RWE ont monté en Bourse à l'annonce de ces recommandations qui semblent plafonner les sommes que les "utilities" verseraient pour financer la sortie du nucléaire.

E.ON et RWE se sont refusé à tout commentaire. Des sources professionnelles ont dit que bon nombre de points restaient flous dans ce rapport.

Berlin étudie les moyens de préserver les quelque 39 milliards d'euros de provisions constituées par les compagnies d'électricité pour le démantèlement des centrales nucléaires et le stockage de leurs déchets, la sortie totale du nucléaire étant prévue pour 2022.

La commission ad hoc doit non seulement fournir des recommandations à ce sujet, pour s'assurer que le contribuable ne sera pas sollicité, mais elle doit également veiller à ce que les compagnies, déjà mises à rude épreuve par la chute des prix de gros de l'électricité et l'essor des énergies renouvelables, restent en vie.

La commission, qui doit remettre son rapport à la fin du mois, juge que le démantèlement des centrales doit rester de la responsabilité des compagnies d'électricité, tandis que Berlin doit s'assurer du stockage des déchets par le biais d'un fonds public.

Les compagnies d'électricité doivent conserver leurs 17,7 milliards d'euros de provisions et constituer en outre 1,3 milliard d'euros de réserves supplémentaires, suivant ce rapport, où il est également recommandé que les compagnies d'électricité renoncent à toutes les procédures engagées contre l'Etat en raison de la fermeture forcée des centrales nucléaires. (Wilfrid Exbrayat pour le service français)