LEAD 1-Du matériel radioactif dangereux retrouvé dans le sud de l'Irak

dimanche 21 février 2016 16h11
 

(actualisé avec précisions, 4e paragraphe)

BAGDAD, 21 février (Reuters) - Un appareil radioactif "fortement dangereux" qui avait disparu en Irak a été retrouvé abandonné près d'une station-service de Zoubaïr, dans le sud du pays, a annoncé dimanche le porte-parole du ministère irakien de l'Environnement, Amir Ali.

L'appareil, a-t-il dit, n'a pas été endommagé et il n'y a pas lieu de craindre des radiations émanant de ses matériaux, dont la perte avait laissé craindre qu'il ne puisse être utilisé à la fabrication d'une bombe radiologique par des djihadistes.

"Un passant a découvert l'appareil radioactif à Zoubaïr et a aussitôt averti les forces de sécurité, qui sont arrivées(...) et l'ont récupéré", a déclaré de son côté à Reuters Djabbar al Saïdi, chef d'une commission de sécurité du conseil de la province de Bassorah.

On ignore pour le moment comment l'appareil, appartenant au groupe helvétique de services de contrôle, d'analyse et de certification SGS, a abouti à Zoubaïr, ville à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Bassorah.

"Après les premières vérifications, je suis en mesure de confirmer que l'appareil est parfaitement intact et qu'il n'y a absolument pas lieu de s'inquiéter pour la radioactivité", a-t-il dit.

Reuters avait rapporté récemment que le matériel avait été volé en novembre dernier dans un entrepôt appartenant à la société américaine de services pétroliers Wheatherford, près de Bassorah.

L'appareil utilise le rayonnement gamma pour vérifier si le matériel servant aux oléoducs et gazoducs a d'éventuels défauts.

L'appareil est classé source radioactive de catégorie 2 par l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique), ce qui veut dire que s'il n'est pas utilisé correctement, il peut provoquer des lésions permanentes à une personne qui resterait à proximité pendant plusieurs minutes ou heures, et pourrait être mortel pour une personne exposée pendant une période allant de plusieurs heures à plusieurs jours. (Ahmed Rachid et Aref Mohammed; Eric Faye pour le service français)