L'Argentine règle à l'amiable un recours collectif sur sa dette

mercredi 17 février 2016 00h58
 

NEW YORK, 17 février (Reuters) - L'Argentine a conclu un accord à l'amiable pour mettre fin à un recours collectif ("class action") sur sa dette, dans le cadre de ses efforts pour régler un contentieux vieux de plus de dix ans avec des fonds spéculatifs américains, a déclaré mardi un médiateur nommé par la justice.

Daniel Pollack, un avocat new-yorkais supervisant les discussions, a déclaré que cet accord reposait sur les chiffres présentés par le nouveau gouvernement libéral argentin dans une proposition de règlement présentée le 5 février dernier.

Les fonds concernés par l'accord, dont on connaîtra les noms dans les semaines à venir, recevront 100% de leur principal dû, et 50% des intérêts sur ce principal, a-t-il dit.

L'accord est conditionné à son approbation par le Congrès et par la levée des injonctions prononcées par la justice américaine dans cette affaire. Daniel Pollack a dit espérer "d'autres règlements à venir".

L'Argentine a fait défaut sur 100 milliards de dollars de dette souveraine en 2002 mais les fonds spéculatifs ont refusé de participer aux restructurations de la dette publique en 2005 et 2010 et réclament un total de 9,9 milliards de dollars.

Le nouveau président argentin Mauricio Macri, premier chef d'Etat non péroniste depuis plus d'une décennie en Argentine, qui souhaite régler ce contentieux au plus vite, propose le versement de 6,5 milliards de dollars.

Deux des six principaux fonds concernés ont déjà accepté les termes de l'accord, qui représente une décote de 27,5 à 30% pour les créanciers. Mais deux fonds parmi les plus déterminés, Elliott Management's NML capital et Aurelius Capital Management, l'ont rejeté.

La résolution du contentieux permettrait à l'Argentine de sortir d'une situation de défaut et d'avoir à nouveau accès aux marchés mondiaux des capitaux. (Nate Raymond; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)