France-Nouvelle baisse des faillites en vue en 2016-Coface

mercredi 17 février 2016 12h28
 

PARIS, 17 février (Reuters) - Les défaillances d'entreprises devraient voir leur baisse s'accélérer en 2016 en France et connaître une troisième année consécutive de recul, selon les données présentées mercredi par l'assureur-crédit Coface .

Les économistes de Coface anticipent pour cette année une confirmation de la normalisation amorcée en 2015, avec un total de 58.700 entreprises concernées, soit une baisse de 3,5% des défaillances en 2016 contre 2,1% en 2015.

Cette nouvelle amélioration devrait être alimentée par une poursuite du redressement graduel de la croissance (+1,4%) et de la progression des marges des entreprises (32,3%), estiment-ils.

Pour autant, ils soulignent que ces prévisions pourraient être revues en baisse en cas d'accentuation ou de prolongation des risques liés à la récente volatilité des marchés financiers et au ralentissement des économies émergentes, même si une telle révision n'est pas justifiée pour l'instant.

En 2015, 60.834 défaillances d'entreprises -- liquidations et redressements judiciaires -- ont été recensées. Elles ont représenté un coût de 3,5 milliards d'euros (en repli de 15%) et ont concerné 161.000 personnes (en baisse de 12%).

La confirmation de la tendance baissière amorcée en 2014 (-2,8%) s'inscrit dans un contexte marqué par différents facteurs. Chute des cours du pétrole, dépréciation de l'euro face au dollar et fonctionnement à plein régime du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), combinés à un coût du crédit modéré, ont permis aux entreprises de redresser leurs marges, observe Coface.

Si le nombre de défaillances reste supérieur au niveau moyen de 45.000 observé avant la crise de 2008, la progression dynamique des créations d'entreprises dans l'intervalle permet de ramener le taux de défaillance à son niveau d'avant-crise, avec une entreprise défaillante pour 77 entreprises en activité.

La normalisation se manifeste également sur le profil des entreprises concernées, dont l'âge moyen ne progresse plus (8 ans et 11 mois) et dont le chiffre d'affaire moyen diminue (575.000 euros).

Des ombres persistent cependant dans ce tableau, avec une progression des défaillances dans le secteur du textile, des services aux particuliers et de l'agroalimentaire, tandis que le secteur de la construction reste le secteur le plus risqué, avec un taux de défaillance de 2,1% (une entreprise sur 49).   Suite...