BOURSE-L'auto rebondit, sa baisse récente est une opportunité d'achat

lundi 15 février 2016 11h45
 

PARIS, 15 février (Reuters) - Le secteur automobile européen signe la meilleure performance en Bourse lundi matin, la baisse du secteur depuis le début de l'année incitant analystes et stratégistes à conseiller de revenir sur ces valeurs dont le recul est jugé exagéré au regard de leurs perspectives.

A 11h36, l'indice Stoxx du secteur automobile européen gagne 4,41%, plus forte hausse sectorielle en Europe, après une chute de 23,36% depuis le début de l'année, perdant au passage 55,39 milliards d'euros de capitalisation boursière selon des données Thomson Reuters Datastream.

Le Stoxx 600, qui regroupe les principales valeurs européennes, progresse de 2,78% après un recul de 14,6% depuis le début de l'année.

"Nous pensons que la récente baisse des actions (automobiles, NDLR) représentent une opportunité d'achat. Les fondamentaux restent encourageants dans notre univers automobile et une confirmation de la tendance actuelle au cours des prochains mois devrait permettre à ces valeurs de crever le plafond actuel", juge dans une note JPMorgan.

Le courtier souligne qu'aux cours actuels, le marché anticipe une contraction de 28% des résultats des constructeurs et de 15% pour les équipementiers, alors que JPMorgan vise une amélioration des prix en Europe au second semestre 2016 et une légère détérioration en Amérique du Nord et en Chine.

L'intermédiaire conseille de surpondérer le secteur.

Les ventes de voitures neuves en Europe ont progressé de 5,8% en janvier, avec 1,01 million d'immatriculations, selon les chiffres compilés par le cabinet d'études LMC Automotive.

"Si tu mises sur l'Europe et la reprise économique en zone euro, l'automobile est clairement un secteur dans lequel tu dois investir", commente un stratégiste en poste à Paris.

A Paris, PSA (+7,41% à 12,825 euros), Renault (+6,57% à 72,82 euros) et Valeo (+6,17% à 111,05 euros) signent les plus fortes progressions de l'indice CAC 40 (+3,2%).

Daimler s'octroie 3,33% à Francfort et Fiat 5,8% à Milan. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)