BOURSE-Les télécoms montent, espoir d'accord rapide pour Bouygues Tel

lundi 15 février 2016 10h36
 

PARIS, 15 février (Reuters) - Les actions du secteur télécoms surperforment la Bourse de Paris lundi matin, le secteur profitant de l'espoir d'un accord imminent concernant Bouygues Telecom entre les différents acteurs après plusieurs articles de presse évoquant le sujet.

A 10h19, le titre Numericable-SFR (+7,02% à 32,105 euros) est en tête des hausses de l'indice SBF 120 (+2,77%), Iliad (maison mère de Free) s'octroie 3,64% à 217,80 euros, Bouygues 4,97% à 33,60 euros et Orange 2,65% à 15,29 euros.

L'indice Stoxx du secteur télécoms européen progresse de 2,43% au même instant.

"Le Figaro, Le Monde, le JDD et Les Echos, tout le monde y va de sa petite information sur l'opération qui semble en tout cas imminente", résume un trader en poste à Londres. "En même temps, beaucoup souhaitent en finir rapidement avec cette histoire pour pouvoir passer à un autre chapitre de la consolidation du secteur en Europe."

L'accord entre Orange, Free et SFR dans le cadre du rachat de Bouygues Telecom par l'opérateur historique est imminent et pourrait être présenté mardi lors de la présentation des résultats annuels d'Orange, a rapporté le Journal du Dimanche.

De son côté, Le Figaro a indiqué samedi qu'Orange, Free et SFR avaient arrêté une règle de partage "équitable" tout en évoquant un blocage sur le prix de cession des actifs de Bouygues Telecom et des négociations "assez tendues" malgré de nets progrès réalisés.

"Suite à différentes rumeurs de presse, Orange dément formellement qu'un quelconque accord ait été arrêté sur un schéma de partage et de valorisation des actifs de Bouygues Telecom. Les discussions se poursuivent entre les différentes parties prenantes", a réagi l'opérateur historique contacté par Reuters.

Bouygues n'a fait aucun commentaire de son côté.

"Plusieurs détails dans tous les articles publiés sont dans leur ensemble une bonne nouvelle pour Orange car une augmentation de capital semble limitée et le prix payé par Free et SFR pourrait atteindre six milliards d'euros, soit plus que les cinq milliards évoqués jusqu'ici", commente un trader en poste à Paris.   Suite...