France-Hollande et Notre-Dame-des-Landes, d'un guêpier l'autre

vendredi 12 février 2016 16h52
 

* Une consultation au statut juridique incertain

* Au moins 60 à 80 millions d'euros d'indemnité pour Vinci

* De nouvelles polémiques en perspective

par Guillaume Frouin et Emmanuel Jarry

NANTES/PARIS, 12 février (Reuters) - Le référendum local sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes annoncé jeudi par François Hollande pour tenter de régler un dossier qui empoisonne son quinquennat risque de plonger le chef de l'Etat dans un guêpier juridique et financier.

Le statut de la consultation est incertain et l'abandon éventuel de ce projet vieux de 50 ans et très controversé coûtera au minimum des dizaines de millions d'euros à l'Etat.

Le président du Conseil régional des Pays de Loire, Bruno Retailleau (Les Républicains), qui soutient le projet, a donné le ton vendredi en annonçant lors d'une conférence de presse qu'il refuserait d'organiser ce "référendum local".

Il y voit "un enfumage" pour "enterrer" l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, censé remplacé celui de Nantes.

Soutenu par les élus locaux de droite et de gauche de Loire-Atlantique, ce projet se heurte à l'opposition des écologistes et d'agriculteurs, rejoints par des altermondialistes de toute l'Europe, qui occupent illégalement le site.   Suite...