UBI Banca exclut une fusion avec Monte Paschi pour le moment

jeudi 11 février 2016 16h54
 

MILAN, 11 février (Reuters) - UBI Banca a écarté l'éventualité d'une fusion avec sa rivale en difficulté Banca Monte dei Paschi di Siena dans les circonstances actuelles et indiqué qu'il se pourrait qu'elle ne participe pas à un probable mouvement de consolidation parmi les banques mutualistes italiennes.

L'administrateur délégué Victor Massiah a fait cette déclaration après que la cinquième banque italienne, longtemps considérée comme l'une des plus solides du pays, a vu ses fonds propres "core" baisser contre toute attente au dernier trimestre de l'an dernier, ayant revu ses modèles internes d'évaluation du risque.

La baisse de son ratio de fonds propres Common Equity Tier 1 (CET1) à 11,6% fin 2015, contre 12,6% trois mois plus tôt, a contribué à la chute de l'action UBI dans un secteur bancaire en net repli. Le titre perdait près de 10% vers 15h30 GMT.

"Il ne faut jamais dire jamais mais les conditions ne sont pas réunies actuellement", a dit Victor Massiah à la presse, ajoutant que la banque se concentrait pour le moment sur ses propres activités.

La banque UBI a longtemps été considérée comme étant la candidate la plus probable au sauvetage de Monte dei Paschi.

Victor Masshiah a ouvertement courtisé Banca Popolare di Milano (BPM) à la suite d'une réforme promue par le gouvernement pour encourager une consolidation du secteur. Des sources ont indiqué à Reuters qu'UBI avait étudié l'opportunité d'une fusion à trois avec la banque milanaise et Monte Paschi.

Mais Popolare di Milano a choisi de fusionner avec Banco Popolare. Une source proche du dossier a indiqué jeudi que l'accord pourrait être annoncé ce mois-ci.

"Nous avons eu des négocations, nous avons regardé les possibilités; aujourd'hui il n'y en a aucune, nous allons rester comme nous sommes, sans crainte", a dit le patron d'UBI. "Le marché aujourd'hui est tel que l'on ne peut pas se permettre d'être distrait par des spéculations de fusion et acquisition." (Valentina Za et Silvia Aloisi, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)