France-Un million d'euros requis contre Uber pour UberPop

vendredi 12 février 2016 18h48
 

PARIS, 12 février (Reuters) - Le parquet de Paris a requis vendredi une peine d'amende d'un million d'euros à l'encontre d'Uber France pour la mise en service de l'application UberPop, offre payante de transport entre particuliers aujourd'hui suspendue.

Le parquet a également requis des amendes de 50.000 et 70.000 euros, ainsi que l'interdiction de gérer une entreprise pendant cinq ans, contre deux dirigeants de la filiale française d'Uber.

Pierre-Dimitri Gore-Coty, chargé de l'Europe de l'Ouest, et Thibaud Simphal, chargé du marché français, risquent jusqu'à cinq ans de prison et 300.000 euros d'amende, et Uber France encourt jusqu'à 1,5 million d'euros d'amende.

Les trois prévenus répondent notamment de complicité d'exercice illégal de la profession de taxi et de pratique commerciale trompeuse, mais aussi de chefs liés à la conservation de données personnelles.

Jeudi et vendredi, les débats entre la défense et les parties civiles, pour l'essentiel des organisations représentant les taxis, ont parfois davantage porté sur la concurrence subie par les chauffeurs traditionnels.

"Les taxis ne revendiquent que l'égalité. Nous ne sommes pas pour une société bloquée", a plaidé Luc Brossollet, l'avocat de la CGT Taxis. "Uber a entretenu médiatiquement un dénigrement des taxis."

Un autre avocat représentant les parties civiles a par ailleurs dénoncé la "loi du silence" derrière laquelle les deux dirigeants se sont selon lui abrités pour tenter d'échapper à une éventuelle condamnation.

SUSPENDUE EN JUILLET 2015   Suite...