GRAPHES -Dollar, un affaiblissement bienvenu à défaut d'être durable ?

mercredi 10 février 2016 13h28
 

10 février (Reuters) - La première prise de parole de la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, depuis l'annonce du relèvement des taux directeurs de la banque centrale américaine intervient dans un contexte d'affaiblissement du dollar, certes bienvenu mais pas nécessairement durable.

Les turbulences sur les marchés financiers depuis le début de l'année et des indicateurs conjoncturels mitigés ont eu raison des anticipations de nouvelles hausses de taux aux Etats-Unis d'ici la fin de l'année et au-delà.

Les propos très accommodants de plusieurs responsables monétaires américains ont aussi contribué au reflux des anticipations de hausse des taux, les investisseurs passant en quelques semaines d'un scénario de trois à quatre relèvements d'un quart de point d'ici la fin de cette année, à celui d'un statu quo jusqu'en 2017.

Graphique sur la chute des anticipations de hausse de taux aux Etats-Unis : bit.ly/1Xi7lau

Le recul des taux américains, en particulier des taux courts, qui a accompagné le retournement des anticipations sur la politique monétaire américaine, a favorisé un affaiblissement du dollar.

Graphique sur l'évolution des rendements des bons du Trésor à deux ans et de l'indice du dollar : bit.ly/1KbxPsl

Outre ses effets potentiellement positifs sur la compétitivité prix et sur l'inflation importée aux Etats-Unis, un dollar plus faible peut contribuer à la stabilisation des marchés, qu'il s'agisse de celui de pétrole, des marchés émergents ou de ceux du crédit, en raison du lien entre l'effondrement des cours du pétrole et l'élargissement des spreads de crédit, notamment sur les obligations américaines à haut rendement du secteur de l'énergie.   Suite...