ARM gonfle ses revenus avec sa dernière technologie

mercredi 10 février 2016 11h55
 

LONDRES, 10 février (Reuters) - Le concepteur britannique de microprocesseurs ARM Holdings, fournisseur de l'iPhone d'Apple, a annoncé mercredi que plus de la moitié de l'ensemble des smartphones vendus au quatrième trimestre étaient équipés de sa dernière technologie, ce qui a contribué à gonfler son chiffre d'affaires malgré le ralentissement de certains marchés tels que la Chine.

La version 8 de cette technologie s'est répandue au point de devenir la norme du secteur. Elle rapporte des redevances 30% supérieures à celles de la précédente version, selon les analystes.

Le directeur financier Chris Kennedy a déclaré que la hausse des redevances perçues avait été l'un des moteurs de la progression de 14%, supérieure aux attentes, du chiffre d'affaires au quatrième trimestre, à 407,9 millions de dollars (362,68 millions d'euros).

Les recettes tirées de ces "royalties" ont bondi de 24%, alors que les revenus du secteur des microprocesseurs pour smartphones se sont contractés de 3%. Ce bond est toutefois en partie dû au versement d'un arriéré de paiement.

ARM a fait état d'un bénéfice imposable en progression de 17% à 138,7 millions de livres (178,75 millions d'euros) sur les trois mois à fin décembre.

Chris Kennedy a déclaré que, sur la base des conditions de marché actuelles, le chiffre d'affaires en 2016 serait "globalement conforme" aux attentes, qui se situent à environ 1,64 milliard de dollars.

L'action baisse de 0,27% à 937,50 pence vers 10h30 GMT à la Bourse de Londres, dont le principal indice FTSE gagne 1,29% au même moment.

Les analystes de Liberum soulignent que le bénéfice ajusté est en fait légèrement inférieur aux attentes une fois exclu l'arriéré de paiement perçu durant le trimestre.

Ils jugent aussi que les perspectives avancées par le groupe sont teintées de prudence avec le ralentissement du marché chinois, qui pèse sur les ventes de l'iPhone. "Il n'est pas dans les habitudes d'ARM d'utiliser le terme 'globalement'", écrivent-ils. (Paul Sandle; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)