LEAD 1-Carlsberg-Perte en 2015 sur des dépréciations en Russie

mercredi 10 février 2016 08h18
 

(Actualisé avec des précisions)

COPENHAGUE, 10 février (Reuters) - Carlsberg a enregistré en 2015 une perte avant impôt de 1,73 milliard de couronnes danoises (232 millions d'euros), conséquence de charges de dépréciations et de restructuration d'une dizaine de milliards de couronnes comptabilisées surtout au troisième trimestre.

La perte est toutefois inférieure à celle de 1,91 milliard de couronnes donnée par un consensus Reuters.

Le quatrième brasseur mondial avait pris le contrôle de Baltika, la première marque de bière russe, en 2008 mais la situation est difficile sur le marché russe, en raison d'une réglementation devenue plus stricte et d'un contexte macroéconomique défavorable.

Le brasseur danois avait annoncé en novembre qu'il inscrirait 10 milliards de couronnes danoises (1,34 milliard d'euros) de charges exceptionnelles et qu'il supprimerait 2.000 postes dans le but de renouer avec la croissance après plusieurs années marquées par ses difficultés en Russie.

"Alors que nos activités en Asie continuent d'être très performantes, celles en Europe occidentale et orientale ont connu une année difficile", a dit le directeur général Cees 't Hart dans un communiqué, ajoutant que le programme de restructuration annoncé en novembre progressait bien.

Carlsberg a ajouté qu'il rendrait publique le 16 mars sa stratégie révisée.

Le brasseur a également fait état d'un bénéfice d'exploitation en recul de 21% au quatrième trimestre, à 1,41 milliard de couronnes danoises (189 millions d'euros), dépassant toutefois le consensus d'analystes interrogés par Reuters qui l'anticipaient à 1,27 milliard de couronnes.

Pour 2016, le brasseur danois anticipe une croissance organique du bénéfice d'exploitation dans la moitié basse d'une fourchette à un chiffre.

Le chiffre d'affaires ressort à 14,66 milliards de couronnes, conforme au consensus qui le projetait à 14,54 milliards.

Carlsberg propose par ailleurs un dividende de neuf couronnes par action sur les comptes de 2015, un peu supérieur au consensus Reuters qui le donnait à 8,90 couronnes. (Ole Mikkelsen, Wilfrid Exbrayat pour le service français)