L'UE pourrait devoir renoncer à encadrer le trading des banques

mardi 9 février 2016 17h10
 

par Huw Jones

LONDRES, 9 février (Reuters) - Le projet de directive européenne visant à encadrer strictement les activités de trading risquées des banques pourrait être purement et simplement abandonné faute de consensus entre les principaux partis du Parlement européen, a déclaré mardi l'un des parlementaires chargé du dossier au sein de l'assemblée.

La réforme, qui doit obtenir l'aval des Etats membres de l'Union européenne (UE) et du Parlement pour pouvoir entrer en vigueur, vise à empêcher les banques de s'engager dans des opérations risquées à but spéculatif, susceptibles de les mettre en difficulté.

Initiée par la Commission européenne il y a deux ans, elle se heurte à une vive opposition du secteur bancaire, qui juge déjà trop contraignantes les nouvelles règles mises en oeuvre depuis la crise financière.

Les Etats membres ont déjà approuvé un projet mais le Parlement ne parvient pas à s'accorder sur un texte en raison d'un désaccord sur le degré d'"automatisme" de la séparation des activités de trading à risque dans une entité juridique distincte de celle regroupant les principales activités de la banque.

Les partis de centre droit souhaitent une formulation qui assurerait une certaine souplesse aux autorités de régulation afin d'éviter des scissions forcées systématiques.

"Tout dépend de la volonté des socialistes de l'accepter", a déclaré à Reuters Gunnar Hökmark, élu suédois du groupe Parti populaire européen (PPE) au Parlement.

Mais Jakob von Weizsäcker, élu allemand social-démocrate, estime que les banques doivent prouver qu'elles sont saines et que les autorités de tutelle doivent pouvoir prendre des mesures si elles ne le sont pas.

"Nous sommes favorables à une inversion de la charge de la preuve afin qu'à l'avenir, les banques soient obligées de démontrer à leurs superviseurs qu'elles ne posent pas un risque systémique", a-t-il dit à Reuters.   Suite...