La Bourse de Paris-Les valeurs du jour mardi (clôture)

mardi 9 février 2016 18h15
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 9 février (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à la
Bourse de Paris, où le CAC 40 a clôturé en baisse de
1,69% à 3.997,54 points, sous la barre des 4.000 points en
clôture pour la première fois depuis octobre 2014, alors que la
situation des banques européennes, exposées au secteur
pétrolier, continue d'inquiéter les investisseurs.
    
    * ARCELORMITTAL a subi une baisse de 10,79% à
2,878 euros, la plus forte du CAC 40 alors que plusieurs
analystes continuent d'avoir des doutes sur le sidérurgiste
malgré le renforcement de son bilan avec une augmentation de
capital de trois milliards de dollars. 
                
    * Les GROUPES PETROLIERS ont cédé 3,16% en Europe,
la rechute des cours du pétrole (-3,7% pour le baril de Brent
 à 31,65 dollars à 18h05) ne faisant qu'accentuer les
inquiétudes sur leur situation financière liée à la faiblesse
des prix de l'or noir.
    TECHNIP a perdu 5,04% à 40,515 euros et TOTAL
 3,58% à 36,805 euros quand, hors CAC, CGG a
abandonné 17,54% à 0,47 euro, plus forte baisse du SBF 120
 et VALLOUREC 12,41% à 3,457 euros.
    
    * Les VALEURS BANCAIRES ont encore perdu 3,97% alors
qu'elles sont rattrapées des deux côtés de l'Atlantique par le
risque crédit qu'elles avaient ignoré pendant des mois en dépit
de sa montée progressive puis de son envolée, notamment dans le
secteur de l'énergie avec l'effondrement des cours du pétrole.
 
    CREDIT AGRICOLE a reculé de 4,54% à 7,839 euros,
SOCIETE GENERALE de 4,38% à 28,825 euros et BNP
PARIBAS de 3,56% à 37,9 euros.
    
    * De nombreuses VALEURS CYCLIQUES ou exposées aux MARCHÉS
ÉMERGENTS ont été pénalisées par les inquiétudes persistantes
sur la croissance mondiale, à l'image de CARREFOUR 
(-2,93% à 23,53 euros) ou de LVMH (-2,60% à 147,75
euros).
        
    * NUMERICABLE-SFR (-3,29% à 29,58 euros) et sa
maison mère ALTICE (-5,03% à 11,235 euros) ont été
pénalisées par les craintes croissantes des investisseurs sur le
segment du crédit en général et la dette des deux sociétés en
particulier. 
    
    * En revanche, GENFIT (+9,06% à 26,615 euros)
s'est violemment retournée à la hausse après l'ouverture des
marchés américains et a clôturé en tête de l'indice SBF 120 dans
des volumes élevés. Un trader parisien a mis en avant la
volatilité du titre et rappelé que la valeur fait régulièrement
l'objet de spéculations.  
    
    * EUROFINS SCIENTIFIC a gagné 1,09%. Jefferies a
relevé son conseil sur la valeur de "conserver" à "acheter",
estimant que les objectifs du groupe pour 2020 étaient
atteignables. 

 (Joseph Sotinel et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par
Dominique Rodriguez)