Wall Street recule après des chiffres de l'emploi en demi-teinte

vendredi 5 février 2016 15h42
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

5 février (Reuters) - Wall Street a ouvert en légère baisse vendredi, les investisseurs jugeant que les aspects positifs des chiffres de l'emploi en janvier ne permettaient pas d'écarter totalement une nouvelle hausse de taux par la Réserve fédérale dès le mois prochain.

Les créations d'emploi ont ralenti plus fortement que prévu le mois dernier aux Etats-Unis mais une nette hausse des salaires et un taux de chômage au plus bas depuis huit ans semblent témoigner d'une vigueur persistante du marché du travail.

L'indice Dow Jones perd 34,52 points, soit 0,2%, à 16.381,62 peu après l'ouverture. Le Standard & Poor's 500 , plus large, recule de 0,55% à 1.905,04 et le Nasdaq Composite cède 0,85% à 4.480,56.

"L'augmentation de 0,5% du salaire horaire moyen et les impressionnantes créations d'emploi de ces dernières années pointent vers une augmentation plus forte des salaires", note Mohamed El-Erian, économiste chez Allianz.

"En y ajoutant la diminution à 4,9% du taux de chômage, à un plus bas de huit ans, les marchés peuvent y voir un signe qu'il est trop tôt pour écarter définitivement une hausse de taux en mars".

Les marchés actions souffrent depuis le début de l'année en raison d'un ralentissement de l'économie américaine, de la chute des cours du pétrole et des craintes concernant les effets de la panne de la croissance chinoise. Dans ce contexte, les investisseurs s'interrogent de plus en plus sur la capacité de la Fed à relever encore ses taux cette année.

Les résultats trimestriels des entreprises qui composent le S&P-500 n'arrangent rien puisqu'ils sont attendus en moyenne en baisse de 4,2% sur un an, selon les données Thomson Reuters.

Aux valeurs, LinkedIn chute de plus de 33% dans les premiers échanges au lendemain de l'annonce de prévisions inférieures aux attentes pour le trimestre en cours.

Contre la tendance, Symantec gagne plus de 8% après l'annonce d'un investissement de 500 millions de dollars de Silver Lake Partners au capital du groupe.

(Tanya Agrawal; Patrick Vignal pour le service français)