La probabilité estimée d'une hausse de taux de la Fed remonte

vendredi 5 février 2016 15h51
 

5 février (Reuters) - L'hypothèse d'un relèvement des taux d'intérêt de la Réserve fédérale cette année est jugée bien plus probable par les marchés financiers après la publication vendredi des statistiques mensuelles de l'emploi, marquées par une nette hausse du salaire horaire et une baisse du taux de chômage, désormais au plus bas depuis huit ans.

Les futures de taux d'intérêt à court terme américains ont cédé du terrain après ces chiffres et suggèrent désormais que les traders estiment à environ 45% la probabilité d'un nouveau resserrement de la politique monétaire en décembre prochain, contre 20% seulement avant les statistiques.

Le marché jugeait auparavant que la Fed pourrait attendre 2017 pour reprendre le relèvement de ses taux, la baisse des marchés financiers ces dernières semaines et les signes de ralentissement de l'économie chinoise étant susceptibles de freiner la croissance et l'inflation aux Etats-Unis.

Mais avec la hausse de 0,5% du salaire horaire moyen en janvier, les chiffres de janvier "montre que l'inflation pourrait remonter aux Etats-Unis malgré toutes les turbulences financières que l'on a connues", explique Aaron Kohli, responsable de la stratégie taux de BMO Capital Markets.

Si la Fed a expliqué en décembre qu'elle pourrait relever ses taux à quatre reprises en 2016, la plupart des économistes jugent désormais ce scénario bien trop ambitieux. Depuis janvier, les traders ont quant à eux commencé à prendre des positions fondées sur l'hypothèse d'un statu quo sur les taux jusqu'à la fin de l'année.

La probabilité d'un relèvement du taux des "fed funds" en mars, lors de la prochaine réunion de politique monétaire, est estimée à 10%.

(Ann Saphir, avec Karen Brettell à New York; Marc Angrand pour le service français)