Accord sur la dette cubaine lors de la venue de Castro à Paris

vendredi 29 janvier 2016 16h30
 

PARIS, 29 janvier (Reuters) - Un accord visant à alléger la dette de Cuba, dont la France est le principal créancier, devrait être signé la semaine prochaine à l'Elysée à l'occasion de la visite d'Etat du président cubain, a-t-on appris jeudi de source diplomatique française.

Raul Castro arrive samedi à Paris pour une visite de cinq jours dont la partie officielle comprendra lundi un entretien avec François Hollande, qui avait été en mai dernier le premier chef d'Etat français à se rendre à La Havane depuis l'indépendance de l'île.

La visite d'Etat de Raul Castro en France est aussi la première d'un dirigeant cubain en France. Fidel Castro, à qui Raul Castro a succédé en 2008, était venu en France dans un cadre non officiel.

L'un des principaux volets des accords appelés à être signés lundi concernera le traitement de la dette cubaine, qui handicape l'économie de l'île communiste.

La France préside le Club de Paris à l'origine de l'accord trouvé le 12 décembre dernier sur la restructuration de 16 milliards de dollars (14,7 milliards d'euros) de dettes sur lesquels La Havane avait fait défaut en 1986.

La France va procéder à l'annulation des intérêts de retard de la dette cubaine. Quant au principal et aux intérêts originels, ils seront pour partie remboursés, pour partie convertis en projets de développement à Cuba.

"Ce qui est en discussion, c'est qu'une partie de l'annulation de la dette puisse être utilisée pour accompagner des projets, y compris d'entreprises françaises à Cuba, pour soutenir des projets de développement, notamment avec l'ouverture d'un bureau de l'AFD (Agence française de développement)", explique-t-on à Paris.

Parmi les autres accords figurent l'adoption d'une feuille de route économique, des accords dans le domaine du tourisme, des transports et du commerce équitable.

Des contrats commerciaux pourraient aussi être signés en marge de cette visite.

La France veut accompagner le processus d'ouverture de l'île dans la foulée de la normalisation de ses relations avec les Etats-Unis, scellée en décembre 2014 entre Raul Castro et le président américain Barack Obama.

Parmi les entreprises françaises les plus intéressées par le développement économique de Cuba figurent le groupe pétrolier Total, l'hôtelier Accor, le spécialiste du transport maritime CMA/CGM et Pernod-Ricard, qui fabrique le rhum cubain Havana Club en collaboration avec Cuba Ron. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)