LEAD 1-L'Iran négocie avec d'autres constructeurs auto français que PSA

jeudi 28 janvier 2016 12h50
 

(Actualisé avec communiqué Renault)

PARIS, 28 janvier (Reuters) - L'Iran discute avec d'autres constructeurs automobiles français que PSA Peugeot Citroën , qui a annoncé jeudi son retour dans ce pays via une coentreprise avec Iran Khodro, a déclaré le ministre iranien de l'Industrie Mohammad Reza Nematzadeh.

Lors d'une rencontre avec des chefs d'entreprises françaises au siège du Medef, le ministre a précisé toutefois qu'un accord ne serait pas finalisé avant plusieurs mois.

"J'attends de voir de réels progrès", a-t-il dit.

Au début de la semaine, une source proche de Renault avait évoqué la signature prochaine d'un accord avec au moins un des partenaires iraniens existants du groupe, Iran Khodro et Saipa.

"Grâce à la levée des sanctions économiques intervenues le 16 janvier dernier, et dès que des relations fluides auront repris entre les banques françaises et iraniennes, Renault intensifiera ses activités en Iran à un niveau significatif et préparera, avec ses deux partenaires, de nouveaux lancements de modèles", indique Renault dans un communiqué publié jeudi.

PSA et Iran Khodro ont pour leur part signé un accord de coenterprise pour reprendre une production en Iran.

L'accord prévoit prévoit la régularisation de la production actuelle des anciennes Peugeot 405 et 206, longtemps assemblées à partir de pièces livrées en kit et qui s'est poursuivie de manière officieuse hors du contrat avec Iran Khodro.

Moyennant un investissement pouvant aller jusqu'à 400 millions d'euros, réparti à parité entre les deux partenaires, il envisage également de moderniser une usine près de Téhéran pour y produire les nouvelles Peugeot 208,3008 et 301 à partir de la mi-2017. (Michel Rose, avec Jean-Michel Bélot et Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)