Le sort de l'action Apple désormais lié à l'iPhone 7

mercredi 27 janvier 2016 15h05
 

par Supantha Mukherjee

27 janvier (Reuters) - L'action Apple est attendue en baisse de 4% mercredi en ouverture, au lendemain de l'annonce de la plus faible croissance des ventes d'iPhone jamais enregistrée, et il faudra peut-être attendre le lancement de l'iPhone 7 en septembre pour qu'elle reprenne franchement des couleurs.

Le trimestre janvier-mars, est généralement le plus faible de l'année pour les ventes d'iPhone et le groupe a déclaré mardi qu'il pourrait se solder par la première baisse de son chiffre d'affaires depuis 13 ans.

Le groupe dirigé par Tim Cook a vendu 74,8 millions d'iPhone au premier trimestre de son exercice, clos fin décembre, et il compte en vendre entre 50 et 52 millions durant le trimestre en cours.

Au cours de 96,20 dollars attendu en ouverture, près de 20 milliards de dollars de capitalisation boursière pourraient partirait en fumée instantanément pour la firme à la pomme. Le recul d'Apple pourrait être de surcroît amplifié par le fait que Wall Street dans son ensemble est attendue en recul ce mercredi.

L'action Apple a déjà perdu le quart de sa valeur depuis le 28 avril, jour où elle a atteint un record de 134,54 dollars. Durant la même période, Alphabet, la maison mère de Google, a gagné 10%.

Apple se traite sur la base d'un ratio cours/bénéfice (PER) de 10,5, contre 25,3 pour Alphabet.

Des analystes voient toutefois des opportunités d'achat à bon compte pour des investisseurs de long terme. "Nous pensons que la croissance de l'iPhone, en rythme annuel, touchera son point bas en mars, ce qui pourrait fournir un point d'entrée attrayant pour le titre", expliquent ainsi des analystes de Goldman Sachs.

Au moins 11 analystes ont réduit leur objectif de cours sur l'action après les résultats publiés mardi. FBR Capital est celui qui est allé le plus loin, avec une réduction de 20 dollars, qui ramène son objectif à 120 dollars. L'objectif de cours médian est de 142,29 dollars, selon des données de Reuters.   Suite...