Les banques italiennes portées par l'espoir d'une "bad bank"

mardi 26 janvier 2016 17h04
 

MILAN, 26 janvier (Reuters) - Les principales banques italiennes étaient en nette hausse mardi à la Bourse de Milan, les investisseurs semblant confiants dans l'issue des discussions entre Rome et la Commission européenne sur le traitement des créances douteuses du secteur.

Des rumeurs de fusions entre banques coopératives soutenaient aussi la tendance, ont dit des analystes.

Le gouvernement de Matteo Renzi et Bruxelles ont engagé il y a près d'un an des discussions sur les mesures susceptibles d'aider les banques à se délester d'une partie de leurs portefeuilles de créances douteuses, qui représentent un montant total de 201 milliards d'euros.

"Les négociations se sont accélérées ces derniers jours et les parties discutent désormais des modalités techniques de la proposition italienne", a déclaré une source proche du dossier.

Le ministre italien de l'Economie, Pier Carlo Padoan, devait s'entretenir en fin d'après-midi avec la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. Un porte-parole de l'exécutif européen a dit que celui-ci était "toujours en contacts constructifs" avec Rome.

Les discussions visent à rapprocher les positions sur un mécanisme permettant aux banques d'acquérir des garanties publiques pour améliorer les conditions dans lesquelles elles pourraient vendre sur le marché une partie de leurs créances à risque.

C'est au Trésor italien qu'il appartiendra d'accorder ces garanties, a déclaré à Rome Fabio Gallia, l'administrateur délégué de la CDP, la Caisse des dépôts italienne.

En Bourse, l'indice du secteur bancaire italien progressait de 3,11% à 15h45 GMT. UniCredit, première banque du pays, prenait 3,69%, Banco Popolare 6,09%, UBI Banca 8,02%.

"L'attention se concentre sur la réunion à Bruxelles et les investisseurs ajustent leurs positions sur les banques avant qu'elle ait lieu", a dit Vincenzo Longo, analyste d'IG.   Suite...