Grèce-Le MES exclut toute réduction du montant de la dette

mardi 26 janvier 2016 10h46
 

TOKYO, 26 janvier (Reuters) - Le directeur général du Mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, a réaffirmé mardi que toute réduction du montant de la dette grecque était exclue, ajoutant que le fardeau de cette dernière pouvait être rendu plus supportable par un allongement des maturités et un report du versement des intérêts.

Confirmant ainsi une position déjà exprimée le mois dernier, Klaus Regling a ajouté qu'Athènes devait d'abord respecter les conditions posées à l'obtention de son troisième plan d'aide international, d'un montant de 86 milliards d'euros, avant de décider de la manière dont il faut restructurer la dette du pays.

"La première évaluation doit être menée à bien et cela pourrait prendre deux mois", a-t-il souligné devant le Club des correspondants étrangers à Tokyo, notant que la Grèce devait notamment adopter des mesures de réforme de son système de retraites qui risquent de mal passer auprès de la population.

"Il n'y aura pas de 'haircut' (réduction du montant de la dette, ndlr). On peut songer à un allongement des maturités et à un report des intérêts", a-t-il ajouté.

Vendredi, Standard & Poor's a relevé la note souveraine de la Grèce en estimant que le pays allait être en mesure de respecter les conditions imposées par ses créanciers.

Le MES, le fonds d'urgence de la zone euro, détient quelque 45% de l'endettement de la Grèce, qui devrait atteindre l'équivalent de 187,8% du produit intérieur brut (PIB) du pays cette année.

(Stanley White, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)