Perspectives prudentes des assureurs vis-à-vis de l'Iran

dimanche 24 janvier 2016 18h10
 

par Bernardo Vizcaino et Carolyn Cohn

SYDNEY/LONDRES, 24 janvier (Reuters) - Les assureurs internationaux s'intéressent beaucoup à l'Iran, à la suite de la levée des sanctions internationales touchant le pays, et ils pourraient manifester leurs intentions dès le mois de mars, lorsque certaines sociétés iraniennes solliciteront un renouvellement de leurs polices.

Assureurs, réassureurs et courtiers veulent exploiter un marché représentant 7,4 milliards de dollars (6,85 milliards d'euros) de primes, l'accord sur le nucléaire passé entre Téhéran et les grandes puissances occidentales ayant débouché sur la levée de l'encadrement des transactions financières avec l'Iran ce mois-ci.

Allianz, Zurich, Hannover Re et RSA, entre autres, ont fait savoir ces derniers jours qu'ils évaluaient les possibilités offertes par l'Iran.

De l'avis des experts, les secteurs maritime et de l'énergie sont les plus prometteurs. L'assurance-vie également dans la mesure où elle représente moins du dixième de toutes les primes payées en Iran contre plus de la moitié au niveau mondial.

Il est probable que dans un premier temps les assureurs internationaux s'allieront à des sociétés iraniennes pour profiter de leur expérience locale et pour réassurer les assureurs locaux sur le marché international, ajoutent les experts, les courtiers les aidant à ces fins.

Les assureurs américains ne pourront pas en profiter car il leur est encore interdit de faire des affaires en Iran en raison de sanctions nationales qui restent en vigueur.

Les contrats d'assurance de certaines sociétés iraniennes arriveront à échéance à la fin de l'année perse, fin mars, et, à l'exemple de ce qui se pratique dans les pays occidentaux en janvier, elles solliciteront leur renouvellement. Il pourrait y avoir dans le lot de ces sociétés des assureurs souhaitant renouveler leurs polices de réassurance.

"Nous avons eu suffisamment de visites (de firmes étrangères) (...) Reprendre les affaires pourrait être rapide, mais cela dépendra des conditions qu'elles nous proposent", a dit à Reuters Mohammad Asoudeh, vice-président et directeur général d'Iranian Reinsurance.   Suite...