Marchés-Tensions sur les emprunts d'Etat du sud de l'Europe

mercredi 20 janvier 2016 16h46
 

par Dhara Ranasinghe

LONDRES, 20 janvier (Reuters) - Les rendements des emprunts d'Etat des pays les plus endettés du sud de la zone euro ont fortement augmenté mercredi, les difficultés des banques italiennes et portugaises amplifiant le mouvement général d'aversion au risque déclenché par la chute du pétrole et des actions.

La Banque centrale européenne (BCE) ne devrait annoncer aucune modification de sa politique monétaire jeudi à l'issue de la réunion de son Conseil des gouverneurs, ce qui prive le marché obligataire d'un soutien supplémentaire à court terme.

En Italie, le regain d'inquiétude suscité par les quelque 200 milliards d'euros de créances douteuses des banques ont fait baisser les valeurs du secteur de près de 20% en moins de trois semaines.

Au Portugal, des créanciers obligataires privés de Novo Banco se sont regroupés pour contester le récent transfert de près de deux milliards d'euros d'obligations à la structure de défaisance de Banco Espirito Santo, qui prive leur investissement de la quasi-totalité de sa valeur.

L'écart de rendement entre les obligations d'Etat portugaises à dix ans et les emprunts allemands de référence a atteint son plus haut niveau depuis juillet. Pour l'Italie et l'Espagne, cet écart est au plus haut depuis septembre et pour la Grèce au plus haut depuis août.

A l'opposé, le rendement à dix ans allemand est tombé au plus bas depuis mai dernier, à 0,406%.

Les obligations espagnoles résistent toutefois mieux que les portugaises et les italiennes, malgré l'incertitude politique liée à l'absence de majorité parlementaire depuis les élections du 20 décembre.

Madrid a déjà créé une structure de défaisance, une "bad bank", pour son secteur bancaire, qui a reçu plusieurs milliards d'euros de capitaux frais de l'Union européenne; l'économie espagnole bénéficie en outre d'une reprise plus rapide que celle de ses voisins.   Suite...