Vers $448 milliards de sorties des marchés émergents en 2016-IIF

mercredi 20 janvier 2016 13h00
 

par Tariro Mzezewa

NEW YORK, 20 janvier (Reuters) - Pour les marchés actions et obligataires émergents, 2016 s'annonce comme une nouvelle année de sorties massives de capitaux, conséquence du ralentissement de la croissance mondiale et de l'endettement de plus en plus pesant des entreprises, estime mercredi l'Institute of International Finance (IIF).

Les marchés émergents ont déjà enregistré des sorties nettes de capitaux de 735 milliards de dollars (674 milliards d'euros) en 2015, en forte hausse par rapport à 2014 (111 milliards) et supérieures aux prévisions de début d'année. Cette année, les sorties devraient atteindre 448 milliards de dollars, prévoit l'IIF dans une nouvelle étude.

L'organisation basée à Washington, reconnue comme une source fiable en matière de flux d'investissement, explique sans surprise que la Chine a été le principal facteur de l'augmentation des sorties de capitaux des émergents en 2015, avec à elle seule des sorties de 676 milliards de dollars.

"Mais la faiblesse s'étend bien au-delà de la Chine puisque nous avons observé des sorties continues depuis un large éventail de marchés émergents, les investisseurs étant de plus en plus préoccupés par les perspectives de croissance et l'endettement élevé des entreprises", a dit Charles Collyns, économiste en chef de l'IIF.

La Turquie, le Brésil et l'Afrique du Sud figurent parmi les pays les plus vulnérables au mouvement ininterrompu de désengagement des investisseurs des marchés émergents, favorisé par la faiblesse des politiques économiques, l'ampleur de l'endettement en devises étrangères des entreprises et le creusement des déficits courants.

Certaines économies émergentes parviennent certes à se distinguer, comme le Mexique et l'Inde, mais les craintes liées à la Chine et la récession qui touche le Brésil et la Russie pour la deuxième année consécutive ne devraient pas permettre une inversion de tendance en 2016.

"Le vieillissement prématuré des marchés émergents pourrait continuer de peser sur les perspectives de croissance, et la volatilité des marchés début 2016 a pesé sur l'appétit pour le risque", a dit Hung Tran, directeur exécutif de l'IIF.

Dans ce contexte, l'organisation estime que l'impact sur les marchés émergents du resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine "devrait être limité tant qu'il est graduel" mais elle ajoute que "les flux vers les marchés émergents resteront confrontés aux vents contraires des inquiétudes pour la croissance et la dette".   Suite...