Pékin pousse les banques à limiter les sorties de capitaux-sces

mardi 19 janvier 2016 13h27
 

HONG KONG, 19 janvier (Reuters) - Les autorités chinoises renforcent les restrictions sur les flux de financement bancaires internationaux, ont dit des sources au fait du dossier à Reuters, Pékin cherchant à freiner la spéculation à la baisse de sa devise et à enrayer la fuite des capitaux.

Les autorités de régulation financière ont demandé aux banques des villes côtières de s'assurer que les flux sortant sur les avoirs en yuan n'excédent à aucun moment la totalité de ces avoirs, ce qui se traduirait par des positions nettes négatives.

Les régulateurs ont aussi demandé aux banques de contrôler strictement les transactions et les activités des entreprises affectant ces avoirs en yuan, ont dit les sources.

Ces mesures ne correspondent pas nécessairement à une fermeture du compte de capital, déjà assez étroitement contrôlé, les canaux légaux pour l'investissement à l'étranger par des entreprises comme par des particuliers demeurant ouverts. Elles visent en revanche les flux spéculatifs liés aux anticipations à la baisse de la devise.

"Les nouvelles obligations indiquent clairement que les prêts transfrontaliers en renminbi (yuan) seront strictement surveillés pour éviter que les entreprises ne les utilisent pour effectuer des arbitrages transfrontaliers" entre yuan onshore et yuan offshore, a dit une source proche des autorités de régulation.

Il n'a pas été possible de déterminer si ces nouvelles règles seront étendues à l'ensemble du pays ou ne viseront que les banques des villes côtières où l'essentiel des avoirs finançant les exportations sont concentrés.

Dans le cadre de la politique d'internationalisation progressive de sa devise, Pékin a autorisé les entreprises chinoises à facturer leurs exportations en yuan et offert la possibilité à toute entreprise de payer ses importations en yuan.

La banque centrale et les banques commerciales chinoises ont été vendeurs nets de l'équivalent de 629 milliards de yuan (88 milliards d'euros) de réserves de change en décembre, selon des données publiées lundi, soit près de trois fois plus que le mois précédent, soulignant l'intensification des sorties de capitaux.

"Si les récentes mesures de restrictions sur la devise annoncées jusqu'à présent ne devraient pas avoir d'impact sur les flux de capitaux prises individuellement, leur effet combiné sera puissant", a dit un cambiste d'une banque commerciale chinoise.

"Il est manifeste que le gouvernement est déterminé à stopper les anticipations généralisées de forte dépréciation du yuan."

Les régulateurs étudient aussi de nouvelles mesures comme l'autorisation des prêts transfrontaliers directs en yuan et en devises étrangères qui contribueraient à réduire l'écart entre yuan onshore et yuan offshore et rendraient les arbitrages entre les deux moins profitables. (Bureau de Hong Kong, Marc Joanny pour le service français, édité par Bertrand Boucey)