La banque postale chinoise avance vers une IPO à $15 mds

mardi 19 janvier 2016 11h12
 

HONG KONG, 19 janvier (Reuters) - Postal Savings Bank of China (PSBC) IPO-PSBC.HK, la banque postale chinoise, a demandé aux banques d'investissement de lui soumettre leur dossier en vue de piloter son introduction en Bourse à Hong Kong pour un montant estimé à 15 milliards de dollars (13,8 milliards d'euros), ce qui devrait constituer la plus importante IPO de l'année dans le monde, a dit une source proche du dossier.

Malgré la forte volatilité sur les marchés actions chinois, l'établissement public a cédé en décembre une participation de 17% de son capital et levé ainsi 7 milliards de dollars auprès d'un groupe d'investisseurs parmi lesquels figurent UBS Group et JPMorgan, attirés par une clientèle d'un demi-milliard de personnes, soit davantage que la population des Etats-Unis.

Cette clientèle familiale permet en outre à PSBC d'offrir des perspectives plus solides que d'autres acteurs du secteur bancaire chinois confrontés à une accumulation de créances douteuses auprès des entreprises.

La mise sur le marché des grands établissements bancaires chinois a débuté au milieu des années 1990 et PSBC est l'une des dernières qui n'a pas encore franchi le pas.

"Il va y avoir beaucoup d'excitation autour de cette opération en raison de sa taille. Postal Bank sera l'une des dernières grandes IPO du secteur bancaire chinois et les gens vont vouloir y participer", a dit la source proche du dossier.

Une dizaine de banques au moins ont été invitées à soumettre d'ici le 22 janvier leurs propositions pour cette mise sur le marché, rapporte IFR, une publication de Thomson Reuters. Cette initiative ouvre la voie à une introduction en Bourse au cours du second semestre de cette année, ajoute IFR.

Un porte-parole de PSBC à Pékin a refusé de s'exprimer sur ces projets d'IPO.

Même avec une commission de placement de seulement 1%, l'introduction en Bourse de PSBC pourrait rapporter environ 150 millions de dollars aux principales banques chargées de la piloter. (Fiona Lau pour IFR et Denny Thomas,; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Joanny)