France-S&P voit une croissance de 1,6% en 2016 et 2017

mercredi 13 janvier 2016 13h21
 

PARIS, 13 janvier (Reuters) - Standard & Poor's anticipe une croissance de 1,6% du PIB de la France cette année et en 2017, ce qui devrait permettre une très légère inflexion du chômage à partir de la fin 2016.

Les prévisions livrées mercredi par l'agence de notation sont comparables à celles du gouvernement, qui a établi le projet de loi de finances 2016 sur une hypothèse de progression du produit intérieur brut (PIB) de 1,5% en 2016 comme en 2017, après 1,0% en 2015.

Pour Jean-Michel Six, chef économiste Europe, Moyen-Orient et Afrique de Standard & Poor's, l'économie française reste "un peu en retrait" du cycle de reprise observé à l'échelle européenne, avec une amélioration "moins prononcée, plus chaotique".

Au rang des signes d'amélioration, les parts de marché de la France à l'exportation se stabilisent après avoir traversé une phase de forte érosion, indépendamment des effets de change.

Le début de redressement des marges des entreprises et du secteur de l'immobilier constituent également des signes encourageants. Mais l'écart marqué entre les marges des entreprises françaises et celles de leurs homologues européennes, ainsi que l'effondrement des deux dernières années du secteur du logement et de la construction, seront difficiles à combler rapidement.

L'enjeu au niveau de la zone euro et donc également de la France est actuellement de consolider le rebond en une reprise permettant la progression durable de l'emploi, ce qui nécessitera une reprise de l'investissement.

Mais cet élément reposant sur la confiance des chefs d'entreprise reste difficile à anticiper, dans un contexte mondial d'incertitudes économiques et géopolitiques.

D'autant qu'un "environnement international fondamentalement déflationniste", marqué par la chute des cours du pétrole et des matières premières, entrave à court terme les retombées positives sur l'économie réelle du programme massif de rachats d'actifs lancé en mars dernier par la Banque centrale européenne (BCE).

L'agence S&P a confirmé mi-décembre la note à long terme AA de la dette souveraine de la France ainsi que la perspective négative qui lui est attachée.

Elle se prononcera à nouveau le 22 avril et le 21 octobre prochains sur cette note, "qui reste très élevée", a observé Patrice Cochelin, directeur du secteur souverain chez S&P. (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)