January 13, 2016 / 7:39 AM / 2 years ago

LEAD 1 -Chine-Le commerce extérieur meilleur que prévu

5 MINUTES DE LECTURE

par Xiaoyi Shao et Sue-Lin Wong

PEKIN, 13 janvier (Reuters) - Les échanges commerciaux de la Chine ont fléchi en décembre mais bien moins que prévu, la dépréciation marquée du yuan ayant notamment contribué à un moindre recul des exportations, ce qui fait craindre par contrecoup une guerre des monnaies entre économies asiatiques très dépendantes du commerce extérieur.

"Les statistiques du commerce de la Chine confirment notre opinion selon laquelle, malgré les turbulences sur les marchés financiers, il n'y a pas eu de forte dégradation de son économie", écrit Daniel Martin, économiste spécialiste de l'Asie chez Capital Economics, dans une note.

Les statistiques publiées mercredi par l'Administration des douanes montrent que les exportations ont baissé de 1,4% par rapport à décembre 2014, beaucoup moins que le recul de 8% prévu par des économistes interrogés par Reuters et que la contraction de 6,8% de novembre.

Les exportations chinoises ont beaucoup mieux résisté que celles de pays limitrophes comme Taiwan et la Corée du Sud, observent les analystes, dans un contexte de faiblesse généralisée de la demande mondiale.

Les importations ont fléchi de 7,6% en décembre, leur 14e repli consécutif mais là encore le pourcentage est en deçà des prévisions, ce qui pourrait s'expliquer par une accumulation des stocks de pétrole brut, de minerai de fer et d'autres matières premières par des entreprises qui tirent parti de la chute de leurs cours.

De fait, les importations de brut chinoises ont atteint un record en 2015, tandis que les importations de cuivre ont été les deuxièmes les plus élevées l'an passé.

Les économistes projetaient un tassement des importations de 11,5% après leur baisse de 8,7% de novembre.

L'excédent commercial de décembre a été de 60,09 milliards de dollars (55,52 milliards d'euros) contre 53 milliards attendus par les économistes et 54,1 milliards dégagés en novembre.

"Un autre excédent commercial copieux qui est une bonne chose pour la Banque populaire de Chine (BPC), confrontée à une vague de sorties de capitaux", observe Daniel Martin.

Les places asiatiques ont salué la statistique commerciale chinoise mais les économistes et les douanes jugent que les exportations seront à nouveau à la peine cette année, dans un contexte de demande mondiale molle.

"Les entreprises s'emploient en général à honorer leurs contrats avant la fin de l'année (...) et elles augmentent l'export en décembre", commente Huang Songping, porte-parole des douanes chinoises. "On ne peut pas en déduire une idée générale (pour 2016) (...) La situation du premier trimestre restera relativement tendue".

L'export aidé Par La spéculation?

Certains économistes se demandent par ailleurs si les chiffres meilleurs que prévu des exportations ne tiennent pas en partie à des spéculateurs faisant usage de fausses factures pour sortir des capitaux de Chine et se prémunir ainsi d'une nouvelle baisse du yuan.

"Dans la mesure où les importations et les exportations ont sensiblement dévié de la normale, on peut penser qu'il y a eu fuite des capitaux", note Oliver Barron (NSBO).

Sur l'ensemble de 2015, le commerce extérieur chinois a diminué de 8%, la plus mauvaise performance depuis la crise financière mondiale, alors que Pékin avait fixé un objectif de croissance de 6% en tout début d'année.

La BPC a laissé le yuan se déprécier de plus de 5% contre le dollar depuis août et certains conseillers économiques poussent à une dépréciation encore plus marquée, de 10% à 15%, ont dit des sources à Reuters, ce qui laisserait craindre une vague de dévaluations compétitives de par le monde.

Il n'est pas sûr qu'une telle dépréciation doperait les exportations puisque la demande mondiale est de toute manière anémique, estiment les économistes. Par ailleurs, si le yuan a nettement baissé face au dollar, il n'en est pas de même face à d'autres monnaies, en données pondérées.

Même si les importations ont moins diminué en décembre, la consommation réelle de la Chine manque de dynamisme, ce qui déprime un peu plus des marchés mondiaux des matières premières déjà d'humeur maussade.

Les organes gouvernementaux de planification économique pensent que la Chine a réalisé une croissance de l'ordre de 7% l'an passé, ce qui est peu ou prou conforme aux objectifs de Pékin. Ce serait la plus faible en un quart de siècle, après les 7,3% de croissance réalisés en 2014.

Certains experts pensent que la croissance réelle est bien inférieure à celle dépeinte par les statistiques nationales, alimentant les conjectures de nouvelles mesures de relance cette année.

La statistique de la croissance du quatrième trimestre et de l'année 2015 sera publiée le 19 janvier. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below