France-La BDF propose de baisser le taux du PEL, pas du Livret A

mercredi 13 janvier 2016 16h28
 

PARIS, 13 janvier (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de France a proposé mercredi de maintenir à 0,75% le taux du Livret A et du Livret de développement durable (LDD) à compter du 1er février mais d'abaisser d'au moins un demi-point celui des nouveaux plans d'épargne logement, actuellement à 2,0%.

Dans un communiqué, François Villeroy de Galhau reconnaît que la formule de calcul de la rémunération du Livret A, qui tient compte des taux du marché monétaire et du rythme d'inflation hors tabac sur une base annuelle, conduirait à le ramener à 0,50%.

"Toutefois, compte tenu des perspectives d'une légère augmentation de l'inflation en 2016, le gouverneur considère qu'il est justifié de déroger à la stricte application de la formule de calcul en vigueur, ainsi que le règlement en prévoit la possibilité", lit-on dans le communiqué.

Il propose "en conséquence de maintenir à ce stade le taux du livret A à 0,75%", un niveau auquel il a été abaissé en août dernier et qui constitue un plus bas historique.

La recommandation du gouverneur doit encore être entérinée par le ministre des Finances Michel Sapin, qui, tout comme son prédécesseur Pierre Moscovici, n'a pas toujours suivi dans le passé les propositions de la Banque de France, surtout quand elles allaient dans le sens d'une baisse de la rémunération du produit d'épargne le plus populaire en France.

L'inflation hors tabac est tombée à +0,2% sur les douze mois à fin décembre en France et les taux du marché monétaire sont actuellement en zone négative.

En juillet dernier, le gouvernement avait accepté de faire passer la rémunération du Livret A sous la barre symbolique de 1,0%, à 0,75%.

Même si ce taux reste particulièrement élevé dans l'environnement actuel pour un produit liquide et totalement défiscalisé - les emprunts d'Etat français à 10 ans affichent par comparaison une rémunération de 0,90% - sa baisse s'est traduite par huit mois consécutifs de décollecte du Livret A.

S'agissant de la rémunération des PEL, François Villeroy de Galhau juge que, à 2,0% actuellement, son niveau est "anormalement élevé" et qu'il convient de le ramener "à un niveau inférieur ou égal à 1,5%" pour les nouveaux plans.

"Ceci contribuerait à soutenir la croissance et l'emploi en allégeant le coût des nouveaux crédits. Le taux des plans déjà existants resterait inchangé", indique-t-il. (Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet)